La retraite internationale pour Diaw ?

La retraite internationale pour Diaw ?©Media365
A lire aussi

Marie Mahé, publié le dimanche 10 septembre 2017 à 12h42

Il a été l'un des rares Français à ne pas s'être laissé dépasser par l'événement. Symbole de la passation de pouvoir entre la génération dorée de Tony Parker et celle qui a la lourde tâche de lui succéder, le capitaine tricolore Boris Diaw s'est encore une nouvelle fois montré indispensable à Helsinki puis à Istanbul.

A 35ans et après 241 sélections, le natif de Cormeilles-en-Parisis s'est distingué par son expérience des grands rendez-vous et par sa science du jeu. Après une belle montée en puissance durant la compétition, Boris Diaw a même été précieux offensivement lors des trois derniers matchs (13 points contre la Pologne, 13 contre la Slovénie et 15 contre l'Allemagne). L'intérieur du Jazz a même été le meilleur Tricolore lors du huitième de finale contre les Allemands (15 points, 9 rebonds, 5 passes).

Au lendemain de l'élimination de l'équipe de France, Boris Diaw n'avait toujours pas décidé de la suite à donner à sa très riche carrière en équipe de France comme il l'a confié à L'Equipe : « Ce sera quand il faudra mettre les chaussures sur le terrain, je sentirai si je peux ou pas. Aujourd'hui, j'ai l'impression de pouvoir encore apporter à l'équipe. Est-ce que cela sera le cas dans deux mois, dans six mois ? Je ne sais pas encore. » Présent chez les Bleus depuis 2002, Boris Diaw compte à ce jour 241 sélections et pourrait rester le troisième Français le plus capé de l'histoire derrière Hervé Dubuisson (259 entre 1974 et 1989) et Jacques Cachemire (250 entre 1969 et 1983), à moins qu'il décide de participer aux qualifications de la Coupe du Monde 2019 qui débutent en novembre prochain.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU