Bleus - Gobert : " L'équipe de France, c'est aussi important que la carrière NBA "

Bleus - Gobert : " L'équipe de France, c'est aussi important que la carrière NBA "©Media365
A lire aussi

Nicolas Kohlhuber, publié le mercredi 31 juillet 2019 à 10h14

Pour la Coupe du Monde 2019, l'équipe de France va pouvoir compter sur Rudy Gobert. Le pivot, élu meilleur défenseur de l'année en NBA pour la deuxième fois d'affilée, a un discours ambitieux à un mois du début de la compétition.

Rudy Gobert, quel est le potentiel de cette équipe de France ?
Elle a un potentiel illimité. Je ne vois pas trop de limites à notre équipe. On a du talent à tous les postes. On a de l'expérience et de la jeunesse. A nous maintenant d'être sérieux et bien préparés pour la compétition. Là-bas, on n'aura peur de personne.

Vous avez déjà évoqué le titre en interview. C'est parce que vous êtes ambitieux ou parce que vous sentez qu'il y a la possibilité de le faire ?
C'est bien d'y croire, c'est bien de le visualiser et d'essayer de comprendre comment y arriver. C'est pas juste dire on veut le titre pour le dire. On sait que la route est longue, et pas facile. C'est une Coupe du Monde avec beaucoup de niveau. A nous de nous préparer et d'être un groupe soudé. On va avoir des moments difficiles, c'est sûr. Si tout est facile, on va tomber de haut au moment d'aborder les matchs couperets. Ces moments difficiles vont nous forger et quand il faudra être prêt et gagner les matchs qu'il faut, on va le prouver.

Gobert : « Je dois montrer la voie »

Dès le deuxième tour, il y aura de sérieux adversaires comme l'Australie ou le Canada. Est-ce une bonne chose de les rencontrer aussi tôt ?
Je pense que c'est bien de croiser avec un groupe difficile. Je préfère jouer des équipes fortes dès le début, ça nous forme. Bien sûr on va essayer de battre tout le monde mais si on a des moments difficiles : cinq minutes, un quart-temps, un match ou des matchs, on va réagir et quand il y aura les matchs les plus importants, on sera présent.

Vous retrouvez l'équipe de France après trois ans d'absence et avec un nouveau statut, vous sentez que vous êtes devenu un leader ?
Avec l'expérience et ma progression, je sens que j'ai plus un rôle de leader avec les jeunes qui arrivent. Je dois montrer la voie, j'aime bien. Une pression supplémentaire ? Non, moi j'aime bien. J'ai toujours aimé ça. Quand tu veux gagner, et je suis quelqu'un qui veut gagner, alors tu fais tout ce qu'il faut pour gagner. Pour moi, c'est ça être un leader. Ce n'est pas forcément dire quoi faire, c'est juste par l'attitude, ce que tu fais, faire en sorte que les autres te suivent, les inspirer à donner plus que si tu n'étais pas là.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.