Lattes-Montpellier/Diandra Tchatchouang : " On veut tout gagner ! "

Lattes-Montpellier/Diandra Tchatchouang : " On veut tout gagner ! "©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, publié le mardi 02 avril 2019 à 11h12

Ce mercredi, Lattes-Montpellier dispute la finale aller de l'Eurocoupe contre Orenbourg. Avant de s'envoler pour la Russie, l'ailière du BLMA Diandra Tchatchouang (27 ans) s'est confiée à notre site sur les ambitions du club héraultais.

Diandra Tchatchouang, comme abordez-vous cette finale d'Eurocoupe contre Orenbourg ?
On est plus que motivées. Pour l'instant on récupère puisqu'on a joué un match dimanche à Tarbes (victoire 69-74, ndlr). On est bien, on est contentes de disputer cette finale. On sait que ça va passer par un gros match là-bas.

Peut-on considérer Orenbourg, qui dispute actuellement les demi-finales du championnat de Russie, comme les favorites de cette finale ?
On peut dire cela dans le sens où elles étaient engagées en Euroligue cette saison (elles ont terminé cinquièmes de leur groupe et ont été reversées en Eurocoupe, ndlr). Elles ne sont pas arrivées en finale par hasard.

Avez-vous demandé des conseils à vos copines de Bourges, qui étaient dans le même groupe d'Euroligue qu'Orenbourg ?
Non, même pas (sourires). On a suivi les matchs, car on joue l'Eurocoupe mais on suit tout ce qu'il se passe dans la sphère basket. C'est une équipe qu'on a déjà vue jouer, on connait leur style de jeu. Maintenant, il va falloir trouver la tactique pour les contrer. On les a beaucoup étudiées à la vidéo.

Il va surtout falloir se méfier de la pivot américaine Brionna Jones, qui tourne à 16,5 points et 11,3 rebonds de moyenne ?
Oui, mais aussi de l'ailière Erica Wheeler (14pts et 6,5rbds de moyenne, ndlr). Ce sont de très bonnes joueuses de basket, très adroites. Elles jouent avec beaucoup de calme. C'est une équipe qui ne s'agite pas trop mais qui joue plutôt juste, à tous les postes. C'est une finale, il n'y pas de secret, c'est l'équipe qui en voudra le plus qui gagnera.


Tchatchouang : "S'aider les unes les autres et faire une grosse finale"

Vous avez déjà gagné l'Eurocoupe avec Bourges en 2016, tout comme Héléna Ciak (avec Bourges également) et Ana Dabovic (avec le Dynamo Moscou en 2014), cette expérience peut-elle servir ?
Oui, bien sûr. Dans cette équipe, on a toutes déjà gagné quelque chose, on a toutes déjà joué des finales. On veut jouer cette finale pour la gagner, forcément. On va se servir de notre expérience, s'aider les unes les autres et faire une grosse finale.

En seizièmes de finale, Lattes-Montpellier s'est incliné de 19 points à Venise au match aller. Croyiez-vous encore à une possible finale à ce moment-là ?
C'est difficile à dire. Effectivement, on a pris un coup sur la tête au match aller. Après, une fois qu'on a décroché la qualification (victoire de 23 points au match retour, ndlr), on a vraiment senti qu'on était capables de tout. Ce match retour a été un déclic dans le sens où chaque rencontre qu'on a abordée par la suite, on y a pensé, notamment à l'extérieur, en se disant qu'il ne fallait pas revivre la même situation.

Même en cas de lourde défaite mercredi, tout restera possible donc...
Le but c'est de faire un bon match là-bas, gagner et pouvoir préparer le match retour. Mais on sait que quoi qu'il arrive mercredi, tout est possible à Montpellier, parce qu'on a une salle qui nous pousse et on est plus que jamais soudées pour gagner cette Eurocoupe.

Entre les matchs de championnat et d'Eurocoupe, vous enchaînez les rencontres et les kilomètres, n'avez-vous pas peur que ça craque à un moment ?
Ce n'est pas facile. Ça fait beaucoup de voyages, beaucoup de matchs. C'est un rythme qu'on connait bien, on essaye de récupérer le mieux possible, de mettre toutes les chances de notre côté pour être le plus prêtes possible physiquement pour le prochain match.

D'ailleurs, samedi c'est Bourges qui se déplace à Montpellier, avec en jeu la deuxième place de la saison régulière derrière l'ASVEL...
On n'arrête pas les gros matchs (sourires). On se dit en rigolant qu'on est déjà en play-offs, parce que depuis quelques semaines, on ne joue que des matchs qu'il faut absolument gagner. Il n'y a pas de petits matchs. On a une grosse semaine qui nous attend.

Entre l'Eurocoupe et le championnat, avez-vous une préférence ?
On veut gagner les deux ! Pour l'instant on est plus proches de l'Eurocoupe, mais on veut tout gagner.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.