Coupe du Monde - Collet : " Il va falloir sortir THE Game ! "

Coupe du Monde - Collet : " Il va falloir sortir THE Game ! "©Media365

Aurélien CANOT, publié le mercredi 11 septembre 2019 à 10h20

Mardi à la veille et à l'issue d'un périple de plus de 1 200 kilomètres qui a obligé le sélectionneur français à annuler la séance d'entraînement prévue, Vincent Collet n'a pas caché que son équipe devrait livrer LE match de sa vie si elle veut créer l'exploit face aux Etats-Unis, ce mercredi (13h00) en quarts de finale de la Coupe du Monde masculine. Rudy Gobert, de son côté, estime que les Bleus ne pourront rien espérer s'ils réitèrent leur médiocre prestation défensive de l'Australie.

Le (long) transfert de 1 231 kilomètres conjugué aux plus de huit heures d'avion et de bus n'avait pas pour autant fait perdre sa lucidité au camp français, mardi soir en posant ses valises à Dongguan. Vincent Collet, Nicolas Batum et Rudy Gobert, tous trois préposés en conférence de presse au lendemain de ce quart de finale colossal face aux Etats-Unis, et privés bien malgré eux de la séance d'entraînement d'avant-match (retard de leur vol oblige), semblaient ainsi tous conscients d'une chose : il faudra un véritable exploit des Bleus ce mercredi en début d'après-midi (13h00), heure française, pour écarter de leur route cette équipe des Etats-Unis certes privée de toutes ses superstars (LeBron James, Kawhi Leonard, Stephen Curry, James Harden...), absentes en Chine pour cette Coupe du Monde, mais toujours aussi redoutable, avec en son sein des éléments aussi monstrueux que Kemba Walker, Donovan Mitchell, Jayson Tatum ou encore Myles Turner. Pour Collet, c'est bien simple : ses joueurs devront signer le meilleur match de leur histoire pour avoir une chance de poursuivre leur route. « Les États-Unis restent la meilleure équipe de la compétition. Et c'est une équipe qui élève toujours son niveau quand les matches couperets arrivent... Il va falloir sortir le match d'une carrière. Il va falloir faire THE Game ! »

Batum : « Je les ai tous battus ces mecs-là »

Encore marqué lui aussi par le périple pour rallier le lieu du match, mardi soir en se présentant devant les journalistes, Rudy Gobert partageait le sentiment de son entraîneur. Le pivot du Utah Jazz est surtout certain que les Bleus pourront abandonner toute ambition s'ils ne relèvent pas la tête défensivement deux jours après le camouflet de l'Australie. « Si on défend comme contre l'Australie, ce n'est même pas la peine de les jouer », pensait même le coéquipier de Mitchell à Salt Lake City, en revanche persuadé de pouvoir rivaliser avec Team USA si la France affiche l'envie et le mordant des premiers matchs. « Si on montre une équipe de France qui a les crocs, il y a match. » D'autant que, comme l'a très justement rappelé Batum, la France n'est plus aujourd'hui cette équipe qui, par le passé, se pavanait devant les joueurs NBA, cherchant même à se prendre en selfie à leurs côtés, faute de ne posséder aucun représentant dans la Grande Ligue. « Je les ai tous battus ces mecs-là... On les connaît, poursuivait l'ailier des Charlotte Hornets. On joue avec eux, contre eux. Le monde du basket a changé. Ce n'est plus 1992, personne ne prend des photos. Mais ils restent les favoris et il faudra faire le match parfait pour les battre. On va essayer de jouer les yeux dans les yeux avec ces mecs-là. On est tous très déterminés. A nous de créer quelque chose demain qui fasse avancer le basket français. » Tard dans la nuit, c'est précisément le message que se sont tous passer les Bleus sur leur groupe Whatsapp avant de se coucher et de rêver d'exploit.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.