Vincent Collet : " On veut étonner le monde "

Vincent Collet : " On veut étonner le monde "©Media365

Nicolas Kohlhuber, publié le mercredi 11 septembre 2019 à 18h31

Découvrez les réactions de Rudy Gobert et Vincent Collet, respectivement pivot et sélectionneur de l'équipe de France, qui a réussi l'exploit d'éliminer les Etats-Unis (89-79) en quarts de finale de la Coupe du Monde en Chine ce mercredi.



DE NOTRE ENVOYE SEPCIAL A DONGGUAN

Rudy Gobert, pivot de l'équipe de France :
« L'objectif reste le même, c'est la médaille d'or. Quand la compétition sera finie, ou dans vingt ans, on parlera sûrement de cette victoire. Il faut être concentré sur l'Argentine. C'est un pas. On sait qu'on peut faire des choses comme ça, mais on sait aussi qu'après on est capable de perdre notre concentration. C'est vraiment la chose qu'on ne veut pas faire. On va apprécier cette victoire, mais il faut être prêt pour la guerre contre l'Argentine. On a un groupe très talentueux, mais quand tu as un groupe de frères qui est soudé, qui a du cœur et qui n'a pas peur, tout est possible. On y croyait. Les leaders (Evan, moi, Nico, Nando) et les coachs, on a fait en sorte que tout le monde y croit. Et tout le monde y a cru. C'est facile d'être impressionné pour certains joueurs qui n'ont pas l'habitude de rencontrer des joueurs NBA. Mais avec la vidéo, avec nous, on était sur la même longueur d'onde. Après la défaite contre l'Australie, on a dit « on oublie ça et on se concentre sur les Etats-Unis ». Je savais que j'aurais un grand rôle à jouer pendant ce match. Les coachs et mes coéquipiers ont fait en sorte que j'ai le ballon en bas. Et j'ai essayé de défendre et finir ces paniers. On a déjà joué l'Argentine en préparation (victoire 77-58 le 17 août à Villeurbanne, ndlr), on sait que c'est une équipe qui est très forte, qui joue à 200%, qui joue vite, qui a du cœur, de l'expérience. Ça va être différent, ça va être la bataille. Contre l'Australie, j'avais fait des erreurs. L'important, c'est de ne pas faire ça deux fois d'affilée. Aucun grand joueur ne fait pas d'erreur. L'important, c'est comment on réagit derrière. »

Vincent Collet, sélectionneur :
« On est en chemin seulement. Pour l'instant il ne faut pas se retourner, il faut avancer et se projeter dans le prochain match, qui sera probablement plus compliqué que celui de ce soir. Ça fait deux jours que je dis aux joueurs que si on est dominé au rebond par cette équipe qui est la meilleure dans ce domaine, alors que nous étions faibles dans ce domaine, on avait aucune chance. Mais que si on faisait jeu égal, on avait de bonnes chances de gagner le match (44 rebonds pour la France contre 28 pour les USA finalement, ndlr). Après, ce n'est pas un hasard si le seul moment où on a eu dix points d'avance, on s'est un peu rassuré et du coup on a été un peu moins concentré, on a laissé des deuxièmes chances et Team USA a repris le contrôle du match. Fort heureusement, on s'est vite ressaisi. Et en fin de match, on a vu que l'expérience était française et pas américaine. On a beaucoup de joueurs qui ont déjà connu ce type de quart de finale de grande compétition, alors que ce n'était pas le cas pour les Américains. On finit par 16-3 quand même ! Cette équipe a un très fort mental, il faut qu'elle le conserve. Mais on n'est qu'en demi-finale. On a un match qui est jouable contre l'Argentine, très clairement, mais qui va être très difficile. Notre objectif c'est d'aller en finale. On va encore voyager beaucoup demain, mais les Argentins auront le même déplacement. Ils n'auront peut-être pas beaucoup préparé le match contre la France... On a aussi eu la chance que Tatum ne joue pas. On a fait un travail énorme sur Kemba Walker. Il n'y a que Donovan Mitchell qui a trouvé des ouvertures, et encore, on l'a stoppé à la fin, au meilleur moment. On les a poussés à un basket individuel presque tout le match. En 2014, quand on a battu la grande Espagne chez elle, c'était encore moins inattendu qu'aujourd'hui. Vu tous les messages qu'on a reçus, on sentait que les gens pensaient l'exploit possible, peut-être sans se rendre compte qu'il y avait quand même une équipe très forte en face. Une fois que tu as battu Team USA, les trois autres équipes en demi-finales ont autant de chances que nous de gagner, mais elles n'en ont pas plus. Il faut qu'on garde cette attitude de challenger, on a besoin de prouver des choses. Ce qu'on veut, c'est étonner le monde. Je pense qu'on l'a un peu fait ce soir. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.