Schio : Gruda raconte le confinement en Italie

Schio : Gruda raconte le confinement en Italie©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki : publié le samedi 14 mars 2020 à 23h36

Comme tout le monde en Italie, Sandrine Gruda doit rester chez elle, afin d'endiguer au mieux la pandémie de coronavirus dans le pays le plus touché derrière la Chine. La joueuse française, qui évolue à Schio, détaille les mesures drastiques prises par les autorités.

Sandrine Gruda, qui joue en Italie, dans le club de Schio, a expliqué samedi sur beIN SPORTS comment se vivait le confinement face au coronavirus : « On reste à la maison, on ne peut pas faire de footing. On est immédiatement arrêtés par la police. En cas de contrôle, notre employeur est appelé pour vérifier nos dires, et si c'est faux, on peut écoper d'une amende et même de prison. Pour se rendre dans un supermarché, il faut être muni d'un document officiel, 30 personnes à la fois sont autorisées à entrer et une personne sur deux porte un masque. L'atmosphère est un peu tendue, nous n'avons plus de contact avec l'extérieur, c'est assez spécial. »


Par ailleurs, l'internationale française se dit surprise par « les personnes qui dirigent les grandes instances du sport » : « Je reviens d'un déplacement à Prague qui n'aurait pas dû avoir lieu, car nous sommes une équipe italienne et nous n'aurions pas dû avoir l'autorisation de voyager. Le plus irritant, c'est de ne pas savoir. On a tous conscience que la santé publique est prioritaire, mais ne pas savoir la suite de la situation, pour notre saison, c'est un peu irritant. Mais un report des JO en 2021 est possible, le sport n'est pas la priorité. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.