Russie : La star du basket Griner sera jugée à partir du 1er juillet

Russie : La star du basket Griner sera jugée à partir du 1er juillet©Media365
A lire aussi

Marie Mahé, Media365 : publié le lundi 27 juin 2022 à 16h20

A partir du 1er juillet prochain, la star américaine du basket féminin Brittney Griner sera jugée en Russie, pour trafic et contrebande de drogues.



Brittney Griner est fixée. Ce lundi, le tribunal de la ville de Khimki, en Russie, a annoncé que la star américaine du basket féminin sera jugée pour trafic mais également contrebande de drogues, à partir du 1er juillet prochain. Une date fixée après une audience préliminaire. C'est via son site internet officiel, que cette cour, située près de Moscou, a annoncé cette nouvelle. Alexandre Boïkov, qui n'est autre que l'avocat de la défense, s'est exprimé à ce sujet, auprès de la presse et dans des propos rapportés par l'AFP : "La détention provisoire a été prolongée pour toute la durée de l'examen de l'affaire par le tribunal. Elle (ndlr : Brittney Griner) s'inquiète, elle attend le procès." Au tribunal, Brittney Griner, qui peut risquer jusqu'à dix ans de prison, n'a pas répondu aux questions de la presse, alors qu'elle est apparue menottée, entourée de policiers ainsi que de chiens.

Détenue "injustement" selon Washington

L'Américaine est une véritable star dans son sport, elle qui est notamment double championne olympique en titre, avec les Etats-Unis, après les titres acquis lors des Jeux d'été 2016 à Rio de Janeiro au Brésil, puis lors des Jeux d'été 2020 à Tokyo au Japon. Mais, lors du mois de février dernier, la joueuse, aujourd'hui âgée de 31 ans et qui mesure 2,06m, avait été arrêtée à l'aéroport de Moscou, alors que se trouvaient dans ses bagages à main, des "vapoteuses" et "un liquide présentant une odeur particulière" d'huile de cannabis, selon les termes du service fédéral des douanes russe. Lors de ce mois de mai, Washington avait réagi à l'affaire, affirmant même que Griner était détenue "injustement" par la Russie. Aux Etats-Unis, c'est désormais l'envoyé spécial en charge des personnes prises en otage qui s'occupe de son cas. Les deux pays s'accusent mutuellement de détenir leurs ressortissants respectifs, à des fins politiques.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.