Racisme : Ce triple champion olympique qui prend position

Racisme : Ce triple champion olympique qui prend position©Media365

Paul Rouget, publié le samedi 27 juin 2020 à 17h52

Mike Krzyzewski, entraîneur de Duke et de l'équipe nationale américaine sacrée aux JO de 2008, 2012 et 2016, a exhorté son pays à combattre le racisme systémique.



C'est l'une des voix les plus respectées du basket américain. Et aussi l'un de ses coachs les plus titrés. A la tête de l'équipe universitaire de Duke depuis 1980, Mike Krzyzewski, quintuple vainqueur du titre NCAA avec les Blue Devilset triple champion olympique avec Team USA (2008, 2012 et 2016), a apporté son soutien au mouvement Black Lives Matter après la mort de George Floyd, cet Afro-Américain de 46 ans dont le décès après son interpellation par la police de Minneapolis avait déclenché une vague de protestations aux Etats-Unis mais aussi à travers le monde.

"Ne voyons-nous pas le problème ?"

Pour "Coach K", la phrase "Black Lives Matter" ("Les vies des noirs comptent") n'est "pas une déclaration politique mais une déclaration sur les droits de l'Homme. C'est une déclaration d'équité", déclare-t-il dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, où il exhorte son pays à s'attaquer au racisme systémique : "Ne voyons-nous pas le problème ? La maladie, la peste qui sévit dans notre pays depuis 400 ans. Ne voyons-nous pas le racisme systémique et l'injustice sociale ? Allez. Nous le voyons tous. Il se manifeste de bien des façons : la justice pénale, les meurtres que nous avons vus et que nous n'avons pas vus, le refus d'offrir des opportunités économiques à notre communauté noire, des possibilités d'éducation, des soins de santé. Cela se manifeste de tant de façons et ce, depuis quatre siècles."

Comme Popovich

"Et que faisons-nous quand nous le voyons ? Nous nous détournons. Nous ne résolvons pas le problème. Le problème ne sera pas résolu et aucun problème n'est résolu à moins que vous ne le reconnaissiez. Reconnaissez-le. Si vous le reconnaissez, vous avez le devoir de le résoudre. En tant que pays, nous avons le devoir de résoudre ce problème." Gregg Popovich, qui a lui succédé sur le banc de la sélection américaine après la dernière olympiade, avait aussi évoqué le problème du racisme aux Etats-Unis au début du mois, après avoir critiqué une nouvelle fois le président Donald Trump, qu'il qualifie notamment de "lâche" et d'"idiot détraqué".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.