Euro 2017 : Les " Européens " ont repris le pouvoir en France

Euro 2017 : Les " Européens " ont repris le pouvoir en France©Media365
A lire aussi

David HERNANDEZ, publié le jeudi 31 août 2017 à 12h48

Amputée par de nombreuses absences majeures et la retraite de Tony Parker, la France s'avance malgré tout comme l'une des nations favorites de l'Euro 2017 qui commence jeudi. Et pour la première fois depuis bien longtemps, ce sont les Français d'Europe qui ont repris le pouvoir.

Après plus d'un an à en parler, c'est enfin l'heure de vérité pour l'équipe de France. Après des années de « Tony Parker dépendance », les Bleus vont enfin tourner la page d'un des plus grands chapitres de l'histoire du basket français si ce n'est le plus grand. Parker out, c'est à la nouvelle génération de reprendre le flambeau laissé par le meneur des Spurs. Si Nicolas Batum avait le costume pour l'endosser, il a préféré décliner l'offre, préférant se reposer après des années d'été en Bleu. Cette décision compréhensible, il n'est pas le seul à l'avoir pris. Si Ian Mahinmi ou Alexis Ajinca ont été snobés par Vincent Collet, Rudy Gobert n'a pas voulu repartir pour un tour après différences discussions avec la franchise du Jazz.
Deux joueurs NBA sur 12 dans la liste
Comme chaque été, le sort des Français de NBA est suspendu à leur avenir comme ce fut le cas la saison dernière pour Evan Fournier. Free agent, il avait payé sa situation contractuelle avec le Magic et n'avait pas été retenu pour les Jeux de Rio 2016. Un an après, il est pourtant le nouveau fer de lance d'une équipe de France délaissée par ses joueurs NBA. « Je joue toujours de la même manière, je me donne à fond, je fais ce que je sais faire. Après, ma personnalité fait que j'ai plutôt une position de leader dans les groupes. Mais je ne me positionne pas en tant que tel. », avouait-il à Sport365 avant la compétition. Meilleur marqueur français en NBA la saison dernière, Fournier ne pourra parler qu'avec Joffrey Lauvergne de ses soirées dans la ligue nord-américaine de basket. Car, c'est bien là le changement chez les Bleus cet été : les joueurs français évoluant en Europe ont repris « le pouvoir » dans la sélection de Vincent Collet. Seuls Fournier et Lauvergne évoluent de l'autre côté de l'Atlantique quand le 5 majeur de l'Euro 2015 était composé avec 4 basketteurs estampillés NBA (Parker, Batum, Diaw, Gober). Nando De Colo faisant office d'« anomalie ».
Des leaders mais surtout un collectif
Pourtant, deux ans après, l'arrière du CSKA Moscou est le symbole de cette génération loin d'être portée par le rêve américain. MVP de l'Euroligue la saison dernière, De Colo a déjà vu ses responsabilités augmenter depuis ce fameux Euro à domicile en 2015. Avec Evan Fournier, il forme l'une des bases arrières les plus sexys de cet Euro, avec Thomas Heurtel en chef d'orchestre. Le néo-Barcelonais a une carte à jouer dans cette nouvelle équipe de France comme il l'a confié lui-même. « Vincent Collet attend de moi du leadership, mais aussi que je mette dans les meilleures dispositions les stars, entre guillemets, que sont Evan ou Nando ». Et si finalement, l'absence de joueurs NBA permettait à Vincent Collet et aux Bleus de brouiller les pistes avec un jeu à l'européenne porté sur le collectif ? Avec les armes offensives que sont Fournier et De Colo, et Edwin Jackson sur le banc, le danger peut venir à n'importe quel moment de loin mais aussi à l'intérieur puisque Kevin Séraphin (Barcelone) ou Louis Labeyrie (Strasbourg) sont loin d'être des peintres avec leurs mains. Les schémas sont nombreux, à Collet d'en faire bon usage pour un succès qui serait le bienvenu.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.