Rallye de Croatie : La journée est déjà terminée pour Loubet et Fourmaux

Rallye de Croatie : La journée est déjà terminée pour Loubet et Fourmaux©Panoramic, Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, Media365, publié le vendredi 22 avril 2022 à 11h44

Pierre-Louis Loubet et Adrien Fourmaux n'iront pas plus loin dans cette première journée du rallye de Croatie. Nos deux Français en lice ce week-end pour cette troisième manche de la saison ont connu des mésaventures qui les ont contraints à l'abandon.


La pause déjeuner aura assurément un goût amer pour Pierre-Louis Loubet et Adrien Fourmaux. En l'absence des deux monstres que sont Sébastien Loeb et Sébastien Ogier, qui devraient tous deux retrouver la catégorie à l'occasion du rallye du Portugal (le premier a déjà confirmé sa participation du côté de Portimao), les deux pilotes sont les deux seuls Français en lice ce week-end pour le rallye de Croatie, troisième manche de la saison du Championnat du monde WRC. Malheureusement, nos deux représentants ont vu leur première journée prendre fin avant même le traditionnel break de midi. Victimes de nombreuses mésaventures depuis le coup d'envoi de ce jour 1 ce vendredi, Loubet comme Fourmaux ont déjà dû ranger leur voiture respective au garage et se préparer pour la deuxième journée, samedi (qu'ils entameront de surcroît avec de très fortes pénalités).

Trois crevaisons pour Loubet !



Sixième après les deux premières spéciales, le second s'est fait surprendre d'entrée dans l'ES3 dans un virage ne présentant pas la même adhérence à l'entrée qu'à la sortie et qui avait piégé Thierry Neuville également. Toutefois, si le Belge avait su limiter la casse, le Nordiste, lui, n'est pas parvenu à reprendre le contrôle de sa M-Sport Ford Puma Rally1, dont la course s'est terminée dans... le jardin d'une propriété. "Ce n'est pas normal à ce niveau de la compétition", pestait après-coup le malheureux, furieux de ne pas avoir été prévenu de la présence de cette flaque à l'origine de cette abandon. Pas de chance non plus pour Loubet. Victime de deux crevaisons dès la première spéciale, le pilote corse a dû avoir recours à deux roues de secours. Il se savait alors en sursis en cas de troisième crevaison. Il n'y a pas échappé, et a dû lui aussi renoncer avant même le départ de l'ES4. La malchance poursuit l'ancien pensionnaire de l'équipe Hyundai.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.