Alpine : Vers un avenir en WRC ?

Alpine : Vers un avenir en WRC ?©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365 : publié le samedi 23 avril 2022 à 15h40

Alors que la marque Alpine est déjà engagée en Formule 1 et en endurance, le directeur général du groupe Renault Luca de Meo a confié dans le paddock d'Imola envisager, à certaines conditions, une arrivée de sa marque sportive en rallye. Une arrivée en rallye-raid est également envisagée.



Alpine va-t-elle devenir une incontournable du sport automobile dans les années à venir ? Sous l'impulsion du nouveau directeur général du groupe Renault Luca de Meo, la marque créée à Dieppe par Jean Rédélé a donné son nom à l'écurie de Formule 1 anciennement connue sous le nom Renault, comme un retour aux origines quand le premier prototype de F1 de la marque au losange portait le nom de sa filiale sportive sous le nom A500, avant d'intégrer l'élite de l'endurance automobile. Alors qu'Alpine est actuellement représentée par un ancien prototype LMP1 Rebellion, le développement d'une nouvelle voiture répondant à la réglementation LMDh est lancé, avec le moteur qui sera conçu à Viry-Châtillon et l'aérodynamique qui sortira de l'usine d'Enstone. Toutefois, les ambitions de l'ancien président du Conseil d'Administration de Seat, véritable passionné de sport automobile, pour la marque Alpine ne semble pas s'arrêter à ces deux disciplines, bien au contraire.

Alpine en WRC, pas à n'importe quelles conditions

Présent ce week-end dans le paddock d'Imola pour soutenir son écurie lors du Grand Prix d'Emilie-Romagne, Luca de Meo a donné quelques pistes pour l'avenir sportif d'Alpine. « Je verrais bien Alpine s'engager en WRC, a confié le dirigeant italien dans des propos recueillis par le quotidien L'Equipe. Cela a du sens avec cette marque historique dans le rallye. » Toutefois, une arrivée de la firme dieppoise dans le championnat du monde des rallyes se fera à une conditions : « Il faudrait que ce soit totalement électrique ». Passé à l'hybride cette année, le WRC ne prévoit pas à court terme une telle révolution mais Luca de Meo a chargé Davide Brivio, qui chapeaute désormais les activités sportives d'Alpine après avoir été un des patrons de l'écurie de F1 la saison passée, de cette mission. « Il faut que nous convainquions la FIA et les constructeurs engagés en WRC de nous suivre », a concédé le patron du groupe Renault, qui aura fort à faire pour arriver à ses fins face à Toyota, Hyundai et Ford.

Le Dakar, une ambition pour Dacia ?

Mais, pour Luca de Meo, les ambitions sportives de son groupe pourraient passer par un autre championnat du monde. Alors que Renault a cédé la place à Nissan en Formule E, c'est le rallye-raid qui pourrait attirer le groupe français. Toutefois, le dirigeant italien écarte d'emblée un véhicule électrique car « les distances sont bien trop grandes » et affirme qu'un véhicule électrique serait plus adapté en WRC en raison des « spéciales au kilométrage plus court ». Un tel projet ne serait alors pas forcément initié avec la marque Alpine. « Pour le Dakar, je verrais bien une marque du groupe y aller avec du carburant durable », a déclaré Luca de Meo qui n'a pas démenti l'idée d'un engagement sur le mythique rallye-raid avec la marque Dacia. Alors qu'Audi a fait le pari de la propulsion électrique cette année et pourrait être candidat à la victoire l'an prochain, le groupe Renault pourrait y engager un prototype « en 2024 ou 2025 ». De quoi laisser suffisamment de temps pour préparer un tel projet.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.