Rallye-raid - Dakar (E11) : Quand un pilote abandonne son co-pilote en plein désert

Rallye-raid - Dakar (E11) : Quand un pilote abandonne son co-pilote en plein désert©Media365

Marie Mahé, Media365 : publié le dimanche 17 janvier 2021 à 12h00

Ce jeudi, lors de la onzième étape du Dakar 2021, un pilote se serait disputé avec son co-pilote, avant de l'abandonner en plein milieu du désert.



L'édition 2021 du Dakar a officiellement pris fin ce vendredi. Mais, quelques heures plus tard, une histoire tout ce qu'il y a de plus insolite vient de ressortir dans les médias. En effet, lors de la onzième étape qui s'est déroulée ce jeudi, le pilote espagnol Ricardo Ramilo, qui concourait dans la catégorie SSV (buggy), se serait disputé avec son co-pilote. Ce dernier a ensuite été abandonné... en plein milieu du désert, du côté de l'Arabie saoudite, alors que l'étape n'était pas encore terminée. Le co-pilote, à savoir Xavi Blanco, reprochait à Ramilo de rouler trop vite, dans le but de rattraper un retard datant alors déjà de la veille. Après leur dispute, le pilote espagnol se serait ensuite arrêté au kilomètre 170, sur demande de son co-pilote. Descendu dans le but de se calmer, Blanco a ensuite vu Ramilo ne pas l'attendre et repartir dans le but de reprendre le fil de cette onzième étape.

Blanco : « Littéralement, il m'a abandonné au milieu du désert »

Auprès de la télévision Cuarto, Xavi Blanco est revenu sur cet improbable épisode, donnant ainsi sa version des faits : « Quand j'ai vu que ma vie était en jeu et que le pilote n'écoutait pas, j'ai décidé de sortir de la voiture. Ensuite, ce qu'il a fait, il m'a abandonné. Littéralement, il m'a abandonné au milieu du désert. Je ne voulais pas remonter et il a dit : « Eh bien, tu restes. » Il m'a embauché pour mon expérience, pour le guider et lui enseigner mais il n'est pas revenu à la raison. » Resté donc seul en plein milieu du désert, Blanco a ensuite été contraint d'appeler lui-même une équipe technique, pour qu'elle puisse venir le chercher. Quant à la télévision Cuarto, elle a également partagé la version des faits de Ricardo Ramilo, qui a évidemment tenu à se défendre : « Ce n'était pas le désert, nous venions de sortir d'un point de contrôle qui est sur la route. Nous allions arriver à un autre endroit, toujours sur la route. C'était aucunement le désert. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.