Dakar : Un règlement présenté comme injuste frustre Nasser Al-Attiyah

Dakar : Un règlement présenté comme injuste frustre Nasser Al-Attiyah©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le lundi 18 janvier 2021 à 15h40

Deuxième du Dakar 2021 derrière Stéphane Peterhansel, Nasser Al-Attiyah s'est confié sur une désavantage règlementaire subi par son 4x4 Toyota et appelle à des changements afin de retrouver un intérêt à participer à l'épreuve.

Il ne fait plus bon participer au Dakar sur quatre roues avec un 4x4. Avec la victoire ce vendredi de Stéphane Peterhansel lors de l'édition 2021 du célèbre rallye-raid, les buggys à deux roues motrices ont conforté leur domination avec une cinquième victoire à l'occasion des six dernières éditions. Nasser Al-Attiyah, seul à avoir remporté le Dakar avec un 4x4 sur cette période, n'a pas caché sa frustration face à un règlement qui ne permet pas une bataille à armes égales entre les véhicules deux roues motrices et ceux à quatre roues motrices. « Nous avons travaillé dur sans erreur de ma part, de mon copilote ou de l'équipe. Mais que peut-on faire ? C'est la seconde année que nous nous battons et perdons contre les buggys, se lamente le pilote qatarien dans un entretien accordé au magazine britannique Autosport. Il faut des règles justes. Qu'importe notre niveau d'attaque, sans la vitesse seule nous ne pouvons pas réduire l'écart. » Un règlement que Nasser Al-Attiyah espère voir évoluer car, sans ça, il pourrait tourner le dos au Dakar. « Les buggys ont gagné depuis cinq ans contre les 4x4 parce que les règles ont été faites en leur faveur, ajoute le pilote Toyota. J'espère que les organisateurs vont changer ça, sinon participer ne nous intéressera pas. » Qualifié de « pleureuse » par Stéphane Peterhansel, Nasser Al-Attiyah confirme ainsi ses critiques à l'encontre du règlement du Dakar.

Toyota doute aussi de son engagement, la FIA consciente du problème

Mettant en avant la tendance lourde de l'avantage offert par le règlement aux buggys engagés par Mini cette année mais également par Peugeot précédemment, Nasser Al-Attiyah avance pour piste d'évolution règlementaire celle des pneumatiques, se plaignant d'un nombre trop important de crevaisons avec un 4x4. « Il n'est pas question de savoir où le buggy est meilleur et où le 4x4 est meilleur. Les règles ne sont pas justes, c'est uniquement cela, assure l'ancien médaillé aux Jeux Olympiques en tir. Je ne suis pas celui qui doit changer les choses, mais tout est très clair. Peugeot a gagné trois fois, Mini désormais deux fois, c'est quelque chose de très fort. Nous nous battons avec un 4x4, nous avons beaucoup de crevaisons et le buggy est... un buggy, ce n'est pas une voiture de route. » Si Nasser Al-Attiyah doute, il en est de même pour Toyota qui, par l'intermédiaire du préparateur des Hilux, pousse également pour des changements. « Bien sûr, cela remet en cause la motivation. Ce n'est pas la position dans laquelle nous voulons être, assure Jean-Marc Forti, dirigeant d'Overdrive. Il y a la volonté de changer les règles, au moins de commencer avec la possibilité d'avoir un nouveau pneu. La discussion entre ASO et FIA devrait bientôt démarrer. » Par la voix de Jutta Kleinschmidt, victorieuse sur le Dakar en 2001 et directrice de la sécurité de la FIA pour le rallye-raid, la Fédération Internationale a admis qu'il existait « un grand désavantage entre les 4x4 et les buggys ». De là à voir des changements dès 2022, il n'y a qu'un pas.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.