Dakar : Un "engin explosif improvisé" à l'origine de l'explosion

Dakar : Un "engin explosif improvisé" à l'origine de l'explosion©Panoramic, Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le vendredi 11 février 2022 à 18h14

Grièvement blessé aux jambes au volant de son camion d'assistance à l'avant-veille du départ du Dakar, Philippe Boutron aurait bien été victime d'un "engin explosif improvisé".



Les autorités saoudiennes avaient évoqué un simple "accident". Mais Philippe Boutron, grièvement blessé aux jambes suite à l'explosion de son camion d'assistance à Djeddah le 30 décembre dernier, à deux jours du départ d'un Dakar auquel il devait participer pour la neuvième fois, parlait lui plutôt à son retour en France d'un "attentat". Et cette hypothèse semble aujourd'hui la plus probable. D'après France Info, qui confirme une information de RTL, un "engin explosif improvisé" est bien à l'origine de l'explosion du véhicule du pilote français de 61 ans, président du club de football d'Orléans.

Des individus s'affairaient autour du véhicule

A l'occasion du déplacement en Arabie Saoudite des enquêteurs de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et du parquet national antiterroriste (PNAT), des traces d'explosif ont été trouvées lors des prélèvements sur le camion d'assistance de Philippe Boutron. Selon France Info, on verrait plusieurs individus s'affairer autour du véhicule en question dans une vidéo filmée par la caméra de l'hôtel où résidait l'équipe Sodicars. Il y a deux semaines, le pilote français s'était exprimé pour la première fois depuis l'explosion. De nouveau opéré à l'hôpital militaire Percy de Clamart après l'avoir déjà été en Arabie Saoudite, celui qui craignait de perdre ses jambes avait heureusement échappé à l'amputation. "Je ne sais pas quand je pourrai remarcher exactement mais mes jambes sont sauvées et ça, c'est l'essentiel. On a à faire à de grands professionnels ici", saluait-il à l'antenne de France Bleu Orléans, déclarant également avoir été interrogé à deux reprises par les enquêteurs de la DGSI.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.