MotoGP - Laconi : " Quartararo va en aligner d'autres "

MotoGP - Laconi : " Quartararo va en aligner d'autres "©Media365

Aurélien CANOT, publié le lundi 20 juillet 2020 à 12h33

Rejoint dimanche par Fabio Quartararo, Régis Laconi est persuadé que, contrairement à lui, son jeune compatriote n'en restera pas, lui, à une seule victoire en Grand Prix.



Dernier Français à avoir remporté un Grand Prix dans la catégorie reine (aujourd'hui appelée MotoGP, elle se nommait 500cm3 avant 2002), Régis Laconi (45 ans) a été rejoint dimanche par Fabio Quartararo, magnifique vainqueur sur le circuit de Jerez du Grand Prix d'Espagne, et ce à seulement 21 ans. L'ancien pilote ne cache pas ce lundi dans L'Equipe au lendemain de l'exploit de son jeune compatriote qu'il a ressenti un léger pincement au coeur en voyant le Niçois passer au niveau du drapeau à damiers. Mais c'est surtout une grande joie pour Quartararo qui a habité le Champenois, pas mécontent que cette disette de près de 21 ans cesse enfin. « Si je fais mon fier, je me dis que ça m'enlève quelque chose qui m'appartenait. Et puis non en fait, le plaisir l'emporte. Tellement content de voir un autre Tricolore s'imposer. De voir la France de la moto être enfin récompensée », se réjouit Laconi, replongé inévitablement le temps d'un instant dans le bonheur fou qui l'avait envahi le 19 septembre 1999 lorsqu'il avait lui aussi franchi la ligne en vainqueur, non loin de Jerez, sur le Grand Prix de Valence. « Tu marques l'histoire de ton sport dans ton pays. Sur le moment, ça a été un truc de malade. C'était au-delà de l'émotion. Je voulais tout casser. Quand je vous en reparle, ça me donne des frissons. Je revis mon tour de décélération, où tu profites du moment, avant de tomber dans les bras des gars de ton équipe et d'être emporté par la folie », ce souvient le héros français du week-end de l'époque, plus de vingt avant que Fabio Quartararo, également au guidon d'une Yamaha, ne fasse lui aussi la une des quotidiens, même non-sportifs.

Laconi : « Il ne donne pas la sensation d'aller très vite, et pourtant... »

Et à entendre Laconi, qui n'avait eu ce privilège qu'une seule fois, ce ne sera pas la dernière fois en revanche pour le vainqueur de Jerez. « Quartararo va en aligner d'autres », est certain le natif de Saint-Dizier, impressionné par la dimension prise en si peu de temps par son compatriote. « Là où Fabio me bluffe, c'est la facilité avec laquelle il s'est immédiatement mis au niveau des tout meilleurs. Je ne le connais pas personnellement, mais je ne m'attendais pas à ce qu'il tutoie la victoire aussi rapidement », avoue l'ancien champion d'Europe de la catégorie 250cm3 (en 1994), avant de se pencher toujours dans L'Equipesur ce qui fait que « El Diablo » puisse déjà aspirer à succéder au sextuple champion du monde Marc Marquez au palmarès. « Son style de pilotage est grandiose ! C'est beau ! Il va bien avec la Yamaha. Avec cette moto, plus t'es coulé, plus t'es efficace. Fabio, ça ne se voit pas, mais c'est un très gros freineur. Un peu comme Marquez. » Même si c'est surtout avec un autre champion du monde (à trois reprises) Jorge Lorenzo que Laconi voit des similitudes. « Quartararo me fait penser à Lorenzo quand il était sur Yamaha. Ce qui est étrange c'est que, du bord de la piste, tu n'as pas la sensation qu'il aille très vite. Et pourtant... En tout cas il a l'air de s'amuser. » Au même titre qu'il régale les passionnés français. Dimanche, Canal Plus a ainsi enregistré sa meilleure audience depuis que la chaîne cryptée diffuse la discipline, avec 814 000 téléspectateurs (avec un pic à 974 000) pour assister au succès historique du nouveau chouchou des fans de moto en France.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.