Venturi : Di Grassi sur les rangs pour remplacer Nato ?

Venturi : Di Grassi sur les rangs pour remplacer Nato ?©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le mardi 10 août 2021 à 22h50

Mécontente du rendement de Norman Nato au volant de sa Venturi, la directrice de l'écurie monégasque Susie Wolff a confié que la place du Français n'était pas assurée, sachant que Lucas di Grassi est à la recherche d'un volant après le retrait d'Audi.

Jean-Eric Vergne sera-t-il le seul pilote français sur la grille en Formule E la saison prochaine ? La question a le mérite de se poser car son compatriote Norman Nato pourrait prochainement perdre son volant au sein de l'écurie monégasque Venturi. En effet, alors que son coéquipier Edoardo Mortara pointe à la neuvième place du classement du championnat avec une victoire lors de la deuxième course de Puebla à son actif, le Tricolore végète à la 21eme position et comme meilleur résultat une cinquième place lors de la deuxième manche disputée à Valence. Interrogée par le magazine britannique Autosport, la directrice de l'écurie Venturi n'a pas caché que Norman Nato est sur la sellette. « C'est une décision que nous devrons prendre assez rapidement après Berlin, a confié l'épouse du patron de l'écurie Mercedes en F1 Toto Wolff. Nous sommes actuellement dans une situation où, malheureusement, une voiture est assez haut placée au classement, l'autre pas. »

Wolff veut deux pilotes performants

Si Susie Wolff concède que le Français « a fait du bon boulot alors que c'est un rookie », la patronne de la formation monégasque admet qu'elle doit « assurer des résultats au championnat par équipes, et cela nécessite deux voitures pour marquer de bons points ». Face à cette situation, la question d'un changement de pilote se pose et un nom revient très souvent, celui de Lucas di Grassi. Le Brésilien, sacré champion lors de la saison 2016-2017, devrait être sur le marché en raison du départ de l'écurie Abt, qui fait suite au désengagement d'Audi. En effet, la « marque aux anneaux » a décidé de faire un retour à l'endurance en 2023 et de se lancer sur le Dakar dès l'an prochain. Interrogé à son tour par Autosport, le natif de São Paulo a confié que « les choses se présentent plutôt bien » concernant une suite de carrière en Formule E, même si sa « principale option était de rester avec Abt ». Si rien n'est fait à l'heure actuelle, Lucas di Grassi estime à « plus de 90% » ses chances de rester dans le championnat de monoplaces électriques. Ce qui pourrait se faire aux dépens d'un pilote français.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.