Une polémique sur les femmes en F1

Une polémique sur les femmes en F1©Panoramic, Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le samedi 27 août 2022 à 13h52

La déclaration du patron de la Formule 1, pour qui il faudrait qu'une "météorite arrive sur terre" afin que l'on revoie une femme en F1, ne passe vraiment pas...



46 ans que ça dure. Depuis le 15 août 1976 en Autriche, plus aucune femme n'a pris le départ d'un Grand Prix de Formule 1. A l'époque, l'Italienne Lella Lombardi, sur Brabham-Ford, avait terminé à la douzième place sur l'Österreichring. Et si Susie Wolff avait été pilote d'essai pour Williams en 2014 et 2015, Lombardi reste l'une des deux seules femmes de l'histoire, avec sa compatriote Maria Teresa de Filippis dans les années 50, à avoir disputé au moins un Grand Prix dans la plus prestigieuse des compétitions automobiles. Et on ne risque pas d'en revoir de sitôt, à en croire le patron de la F1.

"Je ne m'attends pas à ce que cela change rapidement, a ainsi confié Stefano Domenicali avant le GP de Belgique. En étant réaliste, à part si une météorite arrive sur terre, je ne vois pas une femme en Formule 1 dans les cinq prochaines années." Et si le dirigeant italien a aussi assuré être ""pleinement impliqué pour donner un maximum de chances aux femmes d'intégrer la Formule 1", notamment en permettant aux femmes de "courir avec les hommes au bon âge", il n'en a pas moins fait polémique.

Un choix de mots "très malheureux" pour Vettel

L'ancien champion du monde Sebastian Vettel n'a d'ailleurs pas manqué d'égratigner Domenicali depuis Spa. "C'était un choix de mots très malheureux parce que ce sont des déclarations comme celles-ci auxquelles les femmes ou les filles doivent faire face lorsqu'elles grandissent et partagent leurs rêves", a déclaré le futur retraité. Et le président de la Fédération internationale de l'automobile (FIA) est ensuite lui aussi monté au créneau.

"Depuis sa création, la FIA a toujours soutenu et encouragé les femmes dans le sport automobile. Le sport automobile est unique car, selon le règlement de la FIA, les femmes et les hommes peuvent concourir sur un pied d'égalité", a rappelé Mohammed Ben Sulayem dans un communiqué. "Stefano Domenicali et moi travaillons ensemble pour améliorer l'accès et la pyramide pour l'entrée et la progression des femmes. Tout au long de l'histoire, les femmes ont fait leur marque dans le sport automobile, sur et en dehors de la piste, et nous souhaitons, sous ma direction, que la tendance se poursuive dans les années à venir", écrit-il encore.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.