Saison 2019 : L'opposition à l'accord secret entre la FIA et Ferrari ne peut plus compter sur Mercedes

Saison 2019 : L'opposition à l'accord secret entre la FIA et Ferrari ne peut plus compter sur Mercedes©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 15 mars 2020 à 23h05

L'opposition à un accord secret entre la FIA et Ferrari concernant la légalité du moteur 2019 de l'écurie italienne a vu Mercedes se désolidariser avant le Grand Prix d'Australie, finalement annulé.

Avant même l'annulation tardive du Grand Prix d'Australie, la saison 2020 de F1 s'est ouverte sur fond de polémique. En effet, alors que certaines écuries ont douté de la légalité du moteur Ferrari durant la saison 2019, la Fédération Internationale de l'Automobile (FIA) a officialisé le 28 février dernier un accord avec l'écurie italienne mettant fin à l'enquête menée par les autorités sportives. Le problème pour sept des dix écuries impliquées, toutes celles non motorisées par Ferrari, a été le secret qui entoure le contenu de cet accord et, face à cela, un communiqué commun a été publié dans la foulée demandant une transparence totale dans cette affaire qui a confirmé les doutes, notamment ceux de Max Verstappen, concernant la légalité de la monoplace italienne.


Mercedes ne veut pas causer de tort à la F1... et à son image

Alors que plusieurs écuries seraient prêtes à aller plus loin, ayant prévu une conférence de presse en marge du Grand Prix d'Australie, à la suite d'une réponse cinglante envoyée par le président de la FIA Jean Todt afin de critiquer les remarques de ces écuries, la donne a changé. En effet, Mercedes a décidé de mettre de la distance entre les six autres écuries (Red Bull Racing, AlphaTauri, Renault, McLaren, Racing Point et Williams). En effet, selon des sources citées par Motorsport.com, les dirigeants du groupe Daimler, maison-mère de Mercedes, ont convaincu Toto Wolff, qui menait la fronde, d'être moins vindicatif dans cette affaire afin d'éviter toute implication dans un conflit qui pourrait nuire à l'image de la F1 et, plus important encore, à celle de la marque. Une affaire qui n'est sans doute pas terminée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.