Racing Point : L'appel contre la sanction frappant l'écurie a fortement déplu à Lawrence Stroll

Racing Point : L'appel contre la sanction frappant l'écurie a fortement déplu à Lawrence Stroll©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, publié le lundi 10 août 2020 à 22h35

A la suite de l'appel interjeté par Ferrari, McLaren, Williams et Renault contre la sanction décidée par la FIA à l'encontre de Racing Point, Lawrence Stroll a défendu son écurie.

Lawrence Stroll parle peu. Mais quand il décide de communiquer, les mots pèsent lourd. Alors que, avant le Grand Prix du 70eme anniversaire, la FIA a statué sur les réclamations déposées par Renault et sanctionné l'écurie Racing Point, une bonne partie du paddock s'est élevée contre des sanctions jugées trop clémentes. En effet, pour avoir utilisé des écopes de freins avant et arrière mises au point par Mercedes alors que le règlement en la matière a évolué entre 2019 et 2020, imposant aux écuries de développer en interne ou en collaboration avec un prestataire extérieur à la F1, la formation basée à Silverstone a perdu quinze points au classement constructeurs et doit payer une amende de 400 000 euros. Une décision qui a été contestée par Ferrari, McLaren, Williams et, bien évidemment, Renault. Il n'en fallait pas moins pour voir Lawrence Stroll, propriétaire de l'écurie au travers d'un groupe d'investisseurs, sortir de ses gonds.


Stroll : « Ces accusations sont totalement inacceptables et fausses »

Une réponse qui a pris la forme d'un long communiqué publié sur le site officiel de l'écurie qui, dès 2021, prendra le nom Aston Martin. Sans grande surprise, l'homme d'affaires canadien défend son écurie et son honneur. « Je ne m'exprime pas souvent publiquement, mais je suis extrêmement en colère contre toute suggestion selon laquelle nous avons été malhonnêtes ou avons triché, en particulier les commentaires de nos concurrents. Je n'ai jamais triché de ma vie, tonne Lawrence Stroll. Ces accusations sont totalement inacceptables et fausses. Mon intégrité, et celle de mon équipe, sont indiscutables. Tout le monde chez Racing Point a été choqué et déçu par la décision de la FIA et maintient fermement notre innocence » Revenant ensuite sur la complexe procédure mise en place les autorités sportives, qui confirment que si les écopes de freins de la RP20 répondent au règlement technique, elles sont contraires au règlement sportif, le Canadien critique la FIA elle-même. « La FIA n'a fourni aucune orientation ou clarification spécifique quant à la manière dont la transition vers les pièces listées pourrait être gérée dans l'esprit et l'intention du règlement, critique Lawrence Stroll. Le règlement, tel qu'il est rédigé, indique qu'après 2019, aucune autre information sur la conception des écopes de frein ne pouvait être partagée ou acquise. À ce stade, ce que vous savez et avez appris, ce sont vos propres informations. À partir de ce moment, vous êtes seul. C'est exactement ce que nous avons fait. »


Stroll « consterné » par Renault, McLaren, Ferrari et Williams

Dans la dernière partie de son communiqué, l'homme d'affaires canadien n'y va pas par quatre chemins et critique ouvertement les quatre écuries qui ont décidé d'interjeter appel de la décision des commissaires de la FIA. « Au-delà du fait évident que Racing Point a respecté le Règlement Technique, je suis consterné par la façon dont Renault, McLaren, Ferrari et Williams ont saisi cette occasion pour faire appel, et ce faisant, ont tenté de nuire à nos performances, tonne Lawrence Stroll. Ils traînent notre nom dans la boue et je ne resterai pas sans rien faire et je n'accepterai pas cela. J'ai l'intention de prendre toutes les mesures nécessaires pour prouver notre innocence. Je suis vraiment bouleversé de constater le manque d'esprit sportif de nos concurrents. » En conclusion, le patron de l'écurie Racing Point a tout de même un mot de compréhension envers la FIA, mise dans une situation inédite au regard du chemin pris par l'écurie britannique pour mettre au point sa monoplace, directement inspirée de la Mercedes 2019 : « Je comprends que la situation dans laquelle se trouve la FIA est difficile et compliquée pour de nombreuses raisons, mais je respecte et apprécie également leurs efforts pour essayer de trouver une solution dans le meilleur intérêt du sport ». Reste que Racing Point, qui a participé au Grand Prix du 70eme anniversaire avec un matériel identique aux courses précédentes, a été sanctionné d'une troisième réprimande de la part des commissaires. Un combat qui va désormais se prolonger devant la Cour Internationale d'Appel de la FIA, dont la décision sera scrutée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.