Mercedes : Red Bull Racing bientôt sous la menace d'une réclamation ?

Mercedes : Red Bull Racing bientôt sous la menace d'une réclamation ?©Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le lundi 24 mai 2021 à 20h20

Critiquant la flexibilité de l'aileron arrière de la monoplace de l'écurie Red Bull Racing, Toto Wolff a confirmé après le Grand Prix de Monaco que Mercedes pourrait très vite porter réclamation contre son rival, qui vient de prendre la tête au championnat pilotes et constructeurs.

Mercedes est prêt à une guerre totale avec Red Bull Racing. Alors que les Flèches d'Argent ont perdu la tête du championnat pilotes et du championnat constructeurs à l'issue d'un Grand Prix de Monaco catastrophique, Toto Wolff a confirmé qu'il était prêt à déterrer la hache de guerre contre l'écurie basée à Milton Keynes. En effet, alors que cette dernière débauche à tours de bras du côté du département moteur de la firme allemande pour mettre en place sa propre structure en vue de la saison prochaine, c'est une polémique plus technique qui a éclaté après le Grand Prix d'Espagne. En effet, sur les images issues des caméras embarquées sur les deux monoplaces de l'écurie Red Bull Racing, un affaissement de l'aileron arrière a été détecté. Un phénomène qui offrirait à Max Verstappen et Sergio Pérez une meilleure vitesse de pointe. Une caractéristique de l'aileron arrière de la RB16B, que l'on retrouve dans une certaine mesure sur l'Alpine A521 qui n'est pas du goût de la Fédération Internationale de l'Automobile (FIA).

Wolff : « Ça ira devant les commissaires »

A la suite de l'épreuve disputée à Barcelone, la FIA a rendu obligatoire des tests plus poussés permettant de vérifier la rigidité de l'ensemble. Toutefois, cela ne semble pas suffire au patron de l'écurie Mercedes Toto Wolff. « Je pense que si les ailerons flexibles sont là à Bakou, avec l'avantage que nous constatons, ça ira devant les commissaires. Et si ça ne suffit pas devant les commissaires, ça ira ensuite devant la Cour d'Appel Internationale de la FIA, a déclaré le dirigeant autrichien à la chaîne britannique Sky Sports. J'imagine donc que la FIA va clarifier les choses avant Bakou, car si ce n'est pas le cas, ce pourrait être le bazar. » Assurant qu'il est « évident que l'aileron arrière se déforme plus qu'il ne le devrait », Toto Wolff regrette que « le nouveau test sera introduit après Bakou » mais ajoute que « notre position d'un point de vue légal est plutôt solide ». Christian Horner, pour sa part, n'a pas hésité à pointer du doigt qu'un phénomène similaire se produit avec les ailerons arrières des Alfa Romeo alors que Ferrari pourrait également être visé. Un an après la polémique liée au « DAS » de Mercedes, la F1 semble se préparer pour un nouveau psychodrame réglementaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.