Le Grand Prix de France dans l'incertitude

Le Grand Prix de France dans l'incertitude©Media365
A lire aussi

Paul Rouget, publié le mardi 14 avril 2020 à 12h37

Programmé le 28 juin, le Grand Prix de France de Formule 1 a "étudié tous les scénarios", et notamment celui du huis clos, pour faire face à la pandémie de coronavirus.

Dans une allocution très attendue lundi soir pour évoquer la crise sanitaire, Emmanuel Macron a annoncé qu'il n'y aurait pas de déconfinement avant le 11 mai et qu'aucun événement rassemblant du public ne serait autorisé avant la mi-juillet. "Les lieux de rassemblement comme les cafés, les restaurants, et les cinémas resteront fermés jusqu'à la mi-juillet. Les grands festivals et autres manifestations sportives de l'été seront interdits sur la même période", a prévenu le président de la République.

Une décision qui impacte évidemment beaucoup le monde du sport, et va notamment contraindre les organisateurs du Tour de France à trouver de nouvelles dates. Prévu du 26 au 28 juin sur le circuit du Castellet, le Grand Prix de France de Formule 1 est lui aussi directement concerné. Une épreuve qui devait être la première de la saison après les annulations des GP d'Australie et de Monaco, et les reports des sept autres (Bahreïn, Chine, Vietnam, Pays-Bas, Espagne, Azerbaïdjan et Canada) en raison de la pandémie de coronavirus. Cité par l'AFP, un porte-parole du Grand Prix de France a déclaré que les organisateurs avaient "étudié dans les semaines passées tous les scénarios (report, huis clos, annulation)". La solution pourrait être d'organiser la course à huis clos, comme l'a suggéré sur Sky Sports Ross Brawn, le directeur technique et sportif du championnat du monde de F1.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.