GP de Turquie : Un septième titre mondial qui rend Lewis Hamilton fier

GP de Turquie : Un septième titre mondial qui rend Lewis Hamilton fier©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 15 novembre 2020 à 15h50

Avec sa victoire ce dimanche lors du Grand Prix de Turquie, Lewis Hamilton a été sacré champion du monde de F1 pour la septième fois de sa carrière. Le Britannique a confié sa fierté d'avoir égalé le record de Michael Schumacher.



Les records sont faits pour être battus, c'est ce que Lewis Hamilton a toujours répété. Mais, après s'être offert ceux du nombre de pole positions et de victoires en Formule 1, le Britannique a égalé la référence absolue qu'est Michael Schumacher. Avec sa victoire ce dimanche lors du Grand Prix de Turquie, le pilote Mercedes a troqué son statut de sextuple champion du monde pour celui de septuple vainqueur du classement pilotes, égalant le total atteint par le « Baron Rouge ». « Je suis fier d'égaler Michael Schumacher », a confié Lewis Hamilton à l'issue de la course disputée sur la piste détrempée de l'Istanbul Park avant d'associer son écurie à son triomphe. « Je n'ai vraiment pas les mots. Naturellement, il faut que je commence en disant un immense merci à tous les gens qui sont ici, et à tous les gens qui sont à l'usine, dans nos deux usines et tous nos partenaires pour nous offrir cette opportunité, a ainsi confié le nouveau champion du monde. Je n'aurais pas pu faire ça si je n'avais pas rejoint cette équipe, et l'aventure dans laquelle nous sommes est monumentale, et je suis si fier de Toto Wolff. »

Hamilton : « J'ai appris ma leçon de 2007 »

Cette 94eme victoire en Grand Prix, ainsi que ce septième titre mondial, sont toutefois venus de loin. En difficulté depuis le début du week-end sur cette piste si particulière, glissante vendredi en raison d'un asphalte trop récemment renouvelé et parfois impraticable ce samedi lors des qualifications en raison de la pluie. « Nous n'étions pas immensément déçus de la position en qualifications, nous savions que nous étions en retrait et nous avons fait du mieux possible, a résumé le vainqueur du jour. Mais ensuite nous avons beaucoup appris, vous savez. C'est ce que nous faisons en tant qu'équipe, on ne se critique pas. » Distancé en début de course par Alexander Albon et aux prises avec un Sebastian Vettel qu'il n'a pas pu aisément dépasser, c'est le choix payant de ne pas passer une deuxième fois par la ligne des stands, et de faire un relais de 50 tours sur un même train de pneus intermédiaires qui a fait la différence. Une situation qui a rappelé à Lewis Hamilton un bien mauvais souvenir, celui du Grand Prix de Chine en 2007. « Souvenez-vous, j'ai perdu un championnat du monde dans la ligne des stands. Donc j'ai appris ma leçon de 2007, ça c'est sûr, a ajouté le Britannique. Et j'avais la sensation d'avoir la course sous contrôle, et l'adhérence était bonne, et j'aurais pu composer avec la pluie si elle était tombée. » Une maestria de tous les instants qui lui a permis d'écrire une nouvelle page d'histoire de la F1.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.