GP de Turquie : Le doute grandit sur la tenue de l'épreuve

GP de Turquie : Le doute grandit sur la tenue de l'épreuve©Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le jeudi 13 mai 2021 à 09h50

Alors que l'Azerbaïdjan a écarté toute possibilité d'échanger les dates, le Grand Prix de Turquie voit sa place au calendrier de la F1 menacée en raison des restrictions de voyage mises en place par le Royaume-Uni.

La solution de secours va-t-elle tourner au fiasco ? En raison des restrictions de voyage en place avec l'Amérique du Nord, la Formule 1 a dû renoncer à son étape au Canada, prévue du 11 au 13 juin. Afin de conserver un calendrier à 23 Grands Prix, le remplacement de cette dernière par le Grand Prix de Turquie a été officialisé le 28 avril dernier. Mais, depuis la donne a considérablement changé. En effet, la Turquie a récemment été placée sur une « liste rouge » par le Royaume-Uni, où est installé l'essentiel des écuries de F1, en raison de la propagation du coronavirus sur son territoire. En conséquence, toute personne entrant sur le territoire britannique en provenance de Turquie doit respecter une quarantaine stricte d'une durée de dix jours. Une mesure qui s'applique également en France, qui doit accueillir la F1 deux semaines après la course organisée à l'Istanbul Park. Un ensemble de facteurs qui rend toujours plus compliqué le maintien du Grand Prix de Turquie au calendrier.

L'Azerbaïdjan coincé par le football

Une des solutions pour éviter à la F1 de renoncer à son étape turque serait d'inverser les dates des Grands Prix d'Azerbaïdjan, prévu du 4 au 6 juin, et de Turquie, prévu le week-end suivant. De cette manière, les personnes ayant fait le déplacement auraient passé suffisamment de temps hors de Turquie pour ne plus être soumises à cette quarantaine obligatoire à l'arrivée au Royaume-Uni ou en France. Mais l'Azerbaïdjan a déjà fait savoir qu'une telle solution ne pourra pas être mise en place. En effet, le 12 juin prochain, Bakou accueille le premier de ses quatre matchs de l'Euro 2021 de football. Assurant que « si c'était une autre année », le directeur exécutif du circuit de Bakou Arif Rahimov a confié que « le week-end du Grand Prix est vraiment fixé » et même « un peu coincé entre tous les autres événements organisés dans la ville, car l'Euro aura lieu ». Ayant d'ores-et-déjà sanctuarisé le Grand Prix de France, la F1 pourrait donc prochainement annoncer son impasse sur la Turquie, avec une course de remplacement qui serait difficile à mettre en œuvre dans un délai aussi court.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.