GP de Hongrie : La course en questions

GP de Hongrie : La course en questions©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le lundi 20 juillet 2020 à 08h13

Retour en questions sur le Grand Prix de Hongrie, remporté ce dimanche par Lewis Hamilton.


Le Hungaroring est-il le circuit le plus favorable à Lewis Hamilton ?

OUI. Alors que beaucoup peuvent penser que Lewis Hamilton est le plus à l'aise sur ses terres, à Silverstone, la réalité est bien différente. S'il s'est imposé à six reprises sur le tracé installé dans le Northamptonshire, il y a deux circuits où le Britannique a brillé davantage encore. Le sextuple champion du monde s'est imposé à sept reprises sur le Circuit Gilles-Villeneuve de Montréal, où il est allé chercher sa première victoire en F1 en 2007, mais c'est bien sur le Hungaroring qu'il est allé égaler une performance seulement réalisée jusqu'à présent par Michael Schumacher. Le « Baron Rouge » a signé huit de ses 91 victoires à Magny-Cours. Une performance égalée dimanche par Hamilton sur le tracé installé près de Mogyorod. Et ce succès en 2020 a sans doute été le plus facile de tous...

Ferrari a-t-elle eu tout faux avec Leclerc ?

CLAIREMENT. Si, lors du Grand Prix de Styrie, ce sont Sebastian Vettel et Charles Leclerc qui s'étaient mis à la faute, ce sont les stratèges qui ont flanché ce dimanche en Hongrie. Si partir en pneus intermédiaires était le choix faisant le plus sens, mettre des gommes tendres au Monégasque après quatre tours avait tout du suicide ! Ces pneus, mis à rude épreuve par le tracé sinueux du Hungaroring, n'ont pas tenu la distance et, à peine quelques tours après le passage du Monégasque par les stands, son rythme s'est mis à décliner et Charles Leclerc a perdu tout son élan. A trop tergiverser autour d'une potentielle averse, Ferrari a préféré laisser le Monégasque en piste avant de se décider à lui passer des gommes dures à 49 tours de l'arrivée... pour finalement échouer hors des points. Le podium acquis lors du Grand Prix d'Autriche prend après chaque course un peu plus encore des allures de miracle.

Haas a-t-elle réussi le bon coup de ce Grand Prix ?

UN COUP DE GENIE MAL RECOMPENSE. Si la piste était humide au départ, les pneus intermédiaires ou pluie n'étaient finalement pas le meilleur pari. Alors que Romain Grosjean et Kevin Magnussen se sont élancés respectivement avec les gommes marquées de vert et de bleu, les deux pilotes Haas ont pilé dans les stands à l'issue du tour de formation pour passer aux gommes medium et faire une remontée jusqu'au Top 4 en début de course. Si, à la suite d'un contact avec Alexander Albon, tout s'est gâté pour le Français, le Danois a parfaitement mis en musique la stratégie de l'écurie américaine pour finir neuvième... puis d'être pénalisé pour avoir reçu une aide extérieure avant le départ. Mais l'anecdote la plus croustillante à ce sujet concerne la genèse de ce changement de pneus prématurés. A l'issue de la course, Gunther Steiner a confié que c'est l'avis de l'un des spécialistes de la stratégie de l'écurie, actuellement retenu à son domicile en Angleterre avec un bras cassé, qui a lancé l'idée qui a fait la fortune de son équipe, avec un point à l'arrivée.

Bottas a-t-il laissé filer la victoire avec son départ raté ?

NON. Déconcentré par une diode sur son volant, Valtteri Bottas a manqué son départ, et frôlé de près le faux départ, ce dimanche en Hongrie. Retombé au sixième rang à l'issue du premier tour, le Finlandais a abandonné ses espoirs de victoire après quelques centaines de mètres seulement. Mais, en réalité, Valtteri Bottas n'avait que peu de chances d'aller contester la victoire à son chef de file. Le pilote au numéro 77 n'avait pas le rythme en début de course pour espérer éviter une échappée belle de Lewis Hamilton, qui comptait trois secondes d'avance dès le terme de la première boucle et n'a ensuite eu qu'à gérer sa course, mis à part un « plan F » pour arracher le meilleur tour à son coéquipier. A l'image du Grand Prix de Styrie, Valtteri Bottas a paru un ton en-dessous par rapport au Britannique, pas aidé par ce départ manqué et le fait d'être englué dans le peloton, ce que la W11 ne semble pas apprécier plus que ses devancières. Sur un circuit où doubler est souvent impossible, il a fini par caler à trois-quarts de seconde de Max Verstappen et abandonne déjà la tête du championnat du monde, sans certitude de pouvoir la récupérer d'ici la fin de la saison.

Un week-end à oublier pour Gasly ?

ABSOLUMENT. Après un Grand Prix de Styrie difficile, le pilote AlphaTauri ne pensait pas pouvoir vivre pire week-end... mais le moteur Honda et sa boîte de vitesses en ont décidé autrement. Privé de tout roulage lors de la première séance d'essais libres en raison d'une défaillance de son groupe propulseur japonais, les averses lors de la deuxième ne l'ont pas aidé à prendre confiance dans les conditions qui ont été celles de la course. S'il a pu retrouver des couleurs samedi matin, son moteur Honda l'a une nouvelle fois trahi et, après avoir manqué la Q3, il a déjà dû piocher dans son quota pour la saison lors de cette troisième manche. Mais, après le moteur, c'est la boîte de vitesses qui s'est mise à flancher dès le début de la course, occasionnant son abandon dès le 15eme des 70 tours de course. La malchance a collé aux basques du pilote rouennais de la première à la dernière seconde lors de ce Grand Prix de Hongrie... et les deux semaines avant le « double-header » de Silverstone ne pourront lui faire que du bien !

>>>Le résumé du Grand Prix
>>>Revivez le live du Grand Prix
>>>Les réactions des pilotes à l'issue du Grand Prix

Vos réactions doivent respecter nos CGU.