GP de Bahreïn : Six à huit semaines d'enquête pour la FIA après l'accident de Grosjean

GP de Bahreïn : Six à huit semaines d'enquête pour la FIA après l'accident de Grosjean©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER : publié le jeudi 03 décembre 2020 à 11h15

Afin de tirer toutes les leçons de l'accident subi par Romain Grosjean lors du Grand Prix de Bahreïn, la FIA a annoncé l'ouverture d'une enquête qui devrait durer entre six et huit semaines.



S'il a été un rappel pour les pilotes, l'accident subi ce dimanche par Romain Grosjean sera également une leçon pour la F1. En effet, quatre jours après le Grand Prix de Bahreïn et la sortie de piste du pilote français au volant de sa Haas, la Fédération Internationale de l'Automobile (FIA) a lancé une enquête de son Département Sécurité qui « examinera chaque aspect, notamment les équipements de sécurité, comme le casque, le HANS, le harnais de sécurité, la combinaison et les vêtements de protection, la cellule de survie, l'appui-tête, le système d'extincteur embarqué dans la voiture et le halo, système de protection frontale du cockpit », selon un communiqué. De plus, le Département Sécurité de la FIA s'intéressera à « la résistance du châssis et celle de la glissière de sécurité face à un choc de cette puissance et avec cette trajectoire », mais compte également évaluer le « rôle des Commissaires de course et de l'équipe d'intervention médicale ».

Les pilotes ont déjà échangé sur ce qu'il va falloir changer

Pour les besoins de cette enquête, la FIA compte collaborer de près avec Liberty Media, promoteur du championnat, l'écurie Haas mais également le GPDA, l'association des pilotes dont Romain Grosjean est un des directeurs. Le Français, avant même sa sortie de l'hôpital ce mercredi, a déjà échangé avec Sebastian Vettel, autre directeur du GPDA, mais également d'autres pilotes sur les questions de sécurité, s'inquiétant notamment de la vitesse avec laquelle ses gants ont cédé sous la chaleur, lui qui est ressorti du brasier qu'était devenu sa monoplace avec des brûlures au deuxième degré sur le dos des mains. « L'enquête devrait prendre entre six et huit semaines avant que les conclusions ne soient rendues publiques », précise dans son communiqué la FIA qui s'appuiera également sur les données télémétriques issues de la monoplace pour tirer toutes les conséquences de cet accident, sans doute le plus spectaculaire vu en F1 depuis de longues années.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.