GP d'Espagne : Un nouveau record pour Hamilton

GP d'Espagne : Un nouveau record pour Hamilton©Media365

Paul Rouget : publié le dimanche 16 août 2020 à 11h31

Déjà recordman des pole positions en Formule 1, Lewis Hamilton en a décroché une 92e en Espagne, s'offrant au passage un autre record.



Pour la quatrième fois en six courses depuis le début de saison, Lewis Hamilton s'élancera de nouveau en pole position dimanche après-midi à l'occasion du Grand Prix d'Espagne. Et c'est son coéquipier de Mercedes Valtteri Bottas qui a signé les deux autres, la semaine dernière à Silverstone et lors de l'ouverture de cet exercice 2020, en Autriche. Le Finlandais, vainqueur de ce premier Grand Prix, s'élancera aux côtés de l'Anglais et devant Max Verstappen (Red Bull Racing), vainqueur à Silverstone dimanche dernier, et Sergio Perez (Racing Point). Le Néerlandais (77 points) occupe désormais la deuxième place du classement des pilotes, devant Bottas (73 points), et en compte 30 de retard sur un Hamilton plus que jamais favori à sa propre succession. 

Le Britannique, sextuple champion du monde, est en quête d'un septième sacre, qui lui permettrait d'égaler le record de Michael Schumacher. L'Allemand a d'ailleurs remporté à six reprises ce Grand Prix d'Espagne (1995, 1996, 2001, 2002, 2003 et 2004), contre quatre pour Hamilton (2014, 2017, 2018 et 2019). Il peut d'ailleurs égaler "Schumi" en s'imposant à Barcelone pour la quatrième fois de rang. En attendant, celui qui a étendu son record de pole positions à 92 en Catalogne s'en est offert un autre puisqu'il est devenu le premier pilote de l'histoire à atteindre les 150 départs en première ligne. 

Une domination en qualification sur laquelle il s'est ensuite exprimé. "Je suis beaucoup plus vieux maintenant. Il y a des choses que je ne savais pas quand j'avais 22 ans, a expliqué le champion du monde, aujourd'hui âgé de 35 ans. A l'époque, j'avais, naturellement, des capacités brutes, mais je n'avais aucun contrôle et aucune compréhension de qui j'étais vraiment, de ce qu'il fallait faire, de ce qui était bon ou pas. Je suis une machine complètement différente aujourd'hui. J'étais assez constant lors de ma première année, mais je me suis amélioré au cours des cinq ou six dernières années. Cela a été ma principale force." Une force qui ne semble pas sur le point de l'abandonner. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.