Ferrari : Pas une crise mais plutôt une tempête selon Mattia Binotto

Ferrari : Pas une crise mais plutôt une tempête selon Mattia Binotto©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le lundi 31 août 2020 à 14h24

Le directeur de la Scuderia Ferrari, Mattia Binotto, a voulu dédramatiser la performance catastrophique de son équipe lors du Grand Prix de Belgique.

Ferrari a été en-dessous de tout lors du Grand Prix de Belgique ! En difficulté lors de la séance de qualifications, Charles Leclerc et Sebastian Vettel n'ont pas fait illusion en course. Hors du coup, les deux pilotes de la Scuderia n'ont pas pu faire mieux que la 13eme place pour l'Allemand juste devant le Monégasque. Interrogé par Sky Sport Italia à l'issue du Grand Prix, Mattia Binotto a voulu désamorcer tout début de crise malgré des résultats plus que décevants. « Je pense que c'est une erreur d'utiliser le mot crise pour le moment que nous traversons. C'est certainement un très mauvais résultat, dans une saison difficile que nous vivons, assure le patron de la Scuderia Ferrari. Mais nous savions que ça arriverait, nous l'avons vu venir lors des essais hivernaux, puis il y a eu le gel des évolutions et l'impossibilité de développer la voiture. »


Binotto se place en membre de l'équipe

S'il accepte d'endosser la responsabilité de cette situation, Mattia Binotto met également en avant toute l'équipe car tant le moteur que le châssis sont loin d'être en mesure de se battre pour le podium. « Nous endossons tous la responsabilité de cette situation. Je l'endosse en tant que directeur d'équipe, comme tous ceux qui travaillent à Maranello, ajoute le Suisse. Nous sommes tous dans le même bateau. Mais même si l'équipe est en pleine tempête, nous sommes très unis. Il n'y a pas de crise, pas de tension. Il y a de l'amertume et de la frustration en chacun de nous. Mais je crois que cette frustration doit se transformer en réaction et en détermination. » Une réaction qui est attendue dès Monza le week-end prochain.


Binotto : « Le moteur compensait partiellement les limites de l'auto »

Des difficultés qui sont directement imputables à l'accord secret noué entre Ferrari et la FIA face aux doutes de certaines écuries concernant le moteur de la formation italienne en 2019. La perte de puissance entre la saison dernière et cette année est telle que, selon Mattia Binotto, les carences du châssis deviennent plus évidentes que jamais. « Nous comprenons les fans. Nous sommes vraiment désolés, nous sommes les premiers à l'admettre, et nous sommes désolés pour eux aussi. Ce qui se passe, c'est que nous avons une voiture qui a perdu de la puissance, comme tous les motoristes en ont perdu, assure le patron de la Scuderia Ferrari. Nous plus que les autres. L'année dernière, le moteur compensait partiellement les limites de l'auto, mais cette année, ce n'est plus le cas. Les limites de la monoplace émergent. Sur ce point, il est clair que nous devons progresser. » Or, avec les limites imposées par la FIA en réponse à la crise sanitaire ne peuvent laisser imaginer un retour en forme de Ferrari avant, au mieux, 2022.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.