F1 : Une arrivée en 2025 de Porsche se précise

F1 : Une arrivée en 2025 de Porsche se précise©Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le mercredi 03 novembre 2021 à 08h55

Au cœur des rumeurs depuis longtemps, la marque Porsche a confirmé via son nouveau vice-président de sa branche motorsport son intérêt pour une arrivée en Formule 1 quand la nouvelle réglementation moteur arrivera en 2025.

Ce n'était qu'un secret de polichinelle. Après des années de rumeurs plus ou moins sérieuses, le groupe Volkswagen n'a jamais été aussi proche d'un engagement en Formule 1. Alors que la discipline va faire sa révolution technique en 2022, une autre se prépare pour 2025 ou 2026 du côté de la motorisation. Si l'idée d'un moteur hybride sera conservée car elle fait sens avec la direction prise par l'industrie automobile, le changement passera par une simplification via la suppression de la récupération d'énergie thermique et une part plus importante pour le système hybride. Récemment nommé vice-président de Porsche Motorsport, Thomas Laudenbach a assuré dans un entretien accordé à plusieurs médias dont le magazine britannique Autosport qu'il est « important que la Formule 1 se tourne vers l'électrification ». Toutefois, ce dernier se montre réaliste et ne voit pas la discipline se tourner à terme vers des monoplaces exclusivement électrique. « La priorité doit être plus importante pour la partie électrique du groupe propulseur, assure le responsable de la firme de Stuttgart. En tant que constructeur, vous voulez montrer ce dont vous être capables dans le sport automobile mais ça doit rester pertinent vis-à-vis de ce qu'il se passe sur la route. De ce que je sais, la FIA a fait un grand pas en avant dans cette direction et cela va aider. »

Porsche admet enfin son intérêt pour la F1

Après avoir été annoncé comme présent lors d'une réunion organisée au Red Bull Ring en marge du Grand Prix d'Autriche l'été dernier, Porsche confirme son intérêt pour la Formule 1 à l'horizon 2025 mais sans qu'un engagement ferme soit encore pris. « Ce n'est pas un secret que nous songeons à la F1, concède Thomas Laudenbach. Ce n'est pas un secret que nous discutons avec la FIA et ce n'est pas un secret que nous considérons ceci de manière très sérieuse. Mais aucune décision n'a encore été prise. » Parmi les éléments qui pourraient faire pencher la balance en faveur d'un retour de Porsche en F1 pour la première fois depuis la fin des années 1980, on retrouve la volonté de donner plus de place à l'électrique dans la motorisation mais également la possibilité pour un motoriste d'exprimer son savoir-faire via le système hybride. Toutefois, aux yeux de Porsche, l'arrivée d'éléments standardisés dans la motorisation serait également vue d'un bon œil. « Certains des facteurs que j'ai mentionnés pourraient se réaliser », a ajouté le vice-président de Porsche Motorsport.

Une décision devrait être prise prochainement

A l'heure actuelle, l'intérêt que Porsche voue à la Formule 1 reste pour le moment informel. Mais, si la nouvelle formule moteur est effectivement lancée en 2025, un engagement ferme devra être décidé d'ici quelques semaines ou mois afin de pouvoir tout mettre en place à temps. Une contrainte acceptée par Thomas Laudenbach. « Ce qui est clair, c'est qu'il ne faut pas attendre trop longtemps si une telle décision est prise car, si vous voulez être au départ en 2025, vous devez vous lancer à un certain moment », assure-t-il en ajoutant ce que moment se rapproche. Un autre élément qui peut motiver Porsche à entrer est le fait même qu'une nouvelle réglementation soit mise en place. « Si quelqu'un pense vraiment à entrer dans ce championnat comme motoriste, cela doit être combiné avec un changement majeur des règles car, dans ce contexte, tout le monde doit faire un pas et vous n'êtes donc pas le seul dans ce cas », concède le responsable de Porsche. Après avoir brillé en endurance, discipline avec laquelle elle va renouer en 2023, et avoir connu des résultats mitigés en Formule E, la marque allemande songe à la F1 et ne cache pas y voir un plus grand potentiel au niveau publicitaire, notamment avec le développement aux Etats-Unis. Mais, si Porsche se dit prêt à sauter le pas, quid d'Audi ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.