F1 : Régime, famille, dyslexie... : Lewis Hamilton se confie

F1 : Régime, famille, dyslexie... : Lewis Hamilton se confie©Media365

Aurélie SACCHELLI : publié le jeudi 18 juin 2020 à 16h03

Sur Instagram et dans les colonnes de Mens Health, le champion du monde de Formule 1 Lewis Hamilton a évoqué divers sujets de sa vie en dehors des circuits.



Alors que la saison de Formule 1 ne débutera que le 5 juillet prochain, en Autriche, avec trois mois et demi de retard, Lewis Hamilton profite de son temps libre pour évoquer sa vie privée. Le sextuple champion du monde, qui aura l'occasion d'égaler le record de Michael Schumacher cette saison, s'est notamment confié dans le dernier numéro de Mens Health. Il évoque par exemple le régime alimentaire qu'il a mis en place en 2017 : « Il y a trois ans, j'ai décidé de suivre un régime à base de plantes. La seule chose que je regrette, c'est de ne pas l'avoir fait avant. Mes papilles ont découvert des choses que je n'aurais jamais pensées manger et que j'adore maintenant : les fallafels, les avocats, les betteraves, les fruits frais et secs. J'ai noté un véritable changement dans mon niveau physique depuis que j'ai changé de régime, c'est motivant. J'étais déjà au top avant de changer mon approche alimentaire, mais mon énergie était inconstante. Il y avait des jours où je me sentais fort et d'autres où j'étais crevé. Quand je suis passé au régime à base de plantes, ces hauts et bas ont diminué de façon significative. J'ai aussi noté des effets positifs sur mon sommeil et ma santé en général. J'ai 35 ans et je suis plus mobile et en meilleure forme que quand j'en avais 25. »

Hamilton : "J'ai eu du mal à l'école, ce n'était pas le plus facile"

Dans un tout autre domaine, Lewis Hamilton a évoqué ce qui le rendait le plus fier dans sa carrière : « Je suis le premier champion de F1 issue de la classe ouvrière. Je suis fier d'avoir pavé le chemin pour les autres. Une de mes phrases préférées, c'est « Tu ne peux pas être ce que tu ne vois pas ». N'importe qui me voit sur le podium, même si c'est un enfant, peut être inspiré pour suivre ses rêves. Si ça arrive, c'est que j'aurai bien fait mon travail La diversité est un problème auquel la Formule 1 doit faire face. Je veux faire ma part en aidant ce sport à faire des progrès, pas seulement en inspirant les autres mais aussi en collaborant pour créer plus d'opportunités pour les gens de communautés différentes. » Décidément très enclin à parler de sa vie en dehors des circuits en ce moment, le pilote Mercedes a évoqué ce mardi un problème un grave problème auquel il a été confronté durant sa jeunesse : il a souffert de dyslexie. Il a évoqué le sujet dans une vidéo Instagram où on le voit rencontrer des écoliers : « J'ai eu du mal à l'école. Ce n'était pas le plus facile. Mon père a vraiment ancré en moi cette mentalité de ne jamais abandonner. J'ai encore des échecs aujourd'hui et vous allez constamment apprendre (...) Cela fait partie du voyage nécessaire vers le succès. Je n'ai réalisé que j'étais dyslexique qu'à l'âge de 17 ans et j'ai tellement souffert. J'avais toujours des choses à rattraper. Les études ont toujours été ma priorité », a confié celui qui est désormais l'un des meilleurs pilotes de l'histoire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.