F1 : Pour Jean Todt, rien n'empêche le retour d'Indianapolis au calendrier

F1 : Pour Jean Todt, rien n'empêche le retour d'Indianapolis au calendrier©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le lundi 24 août 2020 à 11h20

Présent dans l'Indiana pour assister aux 500 Miles, Jean Todt a affirmé que les infrastructures d'Indianapolis était tout à fait capables d'accueillir à court terme la Formule 1.

Le fiasco de 2005 reste dans toutes les têtes mais la Formule 1 pourrait bien retrouver Indianapolis à l'avenir. Invité par Roger Penske, désormais propriétaire du mythique circuit et de l'IndyCar, à assister à l'édition 2020 des 500 Miles d'Indianapolis, remportée ce dimanche par Takuma Sato lors d'une course disputée à huis clos, le président de la FIA Jean Todt n'a pas manqué d'être interrogé ce samedi à la veille de la course sur la possibilité de revoir le championnat du monde de F1 faire étape sur le « Brickyard » dans les années à venir. « Vous savez que la responsabilité du calendrier revient au détenteur des droits commerciaux (Liberty Media, ndlr), mais clairement, Indianapolis a tous les ingrédients pour accueillir la Formule 1, toutes les infrastructures, a confié l'ancien patron de la Scuderia Ferrari dans un entretien accordé au magazine britannique Autosport. Roger Penske et son groupe ont pris les commandes et je suis très impressionné par ce que j'ai vu ce matin (samedi), toutes les améliorations qui ont été apportées en très peu de temps. Roger a déjà fait beaucoup de choses au niveau des infrastructures, qui étaient déjà très impressionnantes. »


Pour Todt, un retour d'Indianapolis « serait très bien pour la Formule 1 »

Alors que le Grand Prix des Etats-Unis avait disparu du calendrier à l'issue de la saison 1991, les anciens propriétaires de l'Indianpolis Motor Speedway ont parié sur la F1 entre 2000 et 2007. Mais le fiasco de l'édition 2005, avec seulement six voitures au départ à la suite de la défection de toutes les monoplaces équipées de pneus Michelin inadaptés à la portion de l'ovale empruntée par le tracé, a changé la donne et il a ensuite fallu attendre 2012 et la construction du Circuit des Amériques à Austin pour revoir les Etats-Unis au calendrier. Désormais, la question est de savoir combien de courses dans le pays Liberty Media souhaite avoir à l'avenir et, avec un projet à Miami qui tarde à se concrétiser, Indianapolis pourrait être une solution. Et Jean Todt n'y est visiblement pas opposé. « Indianapolis est en quelque sorte la Silicon Valley du sport automobile aux États-Unis, alors naturellement, si la Commission F1 de la FIA proposait d'y avoir un Grand Prix, ce serait très bien pour la Formule 1 », a confié le président de la FIA. Chase Carey et son groupe n'ont jamais caché leur envie d'avoir jusqu'à trois courses aux Etats-Unis, cela pourrait bien se matérialiser d'ici peu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.