F1 - Mercedes : Les menaces d'Hamilton sont-elles crédibles ?

F1 - Mercedes : Les menaces d'Hamilton sont-elles crédibles ?©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le lundi 02 novembre 2020 à 08h10

A l'issue du GP d'Emilie-Romagne, dimanche, Lewis Hamilton a laissé planer le doute sur son avenir en F1. La menace du pilote britannique est peut-être à prendre au sérieux.

« Rien ne garantit que je sois encore en F1 l'an prochain. » La déclaration a fait l'effet d'une bombe. Quelques minutes après le Grand Prix d'Emilie-Romagne, sur lequel il venait de signer sa neuvième victoire de la saison et sa 93eme en carrière, Lewis Hamilton a assuré devant la presse que son avenir en Formule 1 n'était pas assuré au-delà de la saison 2021. Si Toto Wolff a tenté de dédramatiser, la menace est tout à fait sérieuse. En effet, le sextuple champion du monde arrive à l'issue de son contrat au terme de la saison et les négociations avec Mercedes sont au point mort. Officiellement, Hamilton compte attendre d'avoir concrétisé son septième titre mondial, ce qui lui permettrait d'égaler le record de Michael Schumacher, avant de s'assoir autour d'une table avec Toto Wolff et les dirigeants de Mercedes. Toutefois, une restructuration s'annonce tant du côté châssis à Brackley, avec Toto Wolff qui cherche son successeur, que du côté moteur à Brixworth, avec le départ en juillet dernier d'Andy Cowell de son poste de directeur du développement des moteurs de F1. Sans oublier le nouveau règlement technique entrant en vigueur en 2022 et qui vise à rebattre les cartes.


Hamilton, comme Vettel ?

Lewis Hamilton pourrait donc voir venir comme une fin d'ère au sein des Flèches d'Argent, un peu comme Sebastian Vettel l'avait ressenti après son quatrième titre mondial en 2013. L'Allemand avait assuré à son équipe au terme du Grand Prix des Etats-Unis cette année-là qu'il fallait profiter du moment présent... avant de faire une saison dans l'ombre de Daniel Ricciardo au volant d'une Red Bull Racing pas aidée par un moteur Renault mal né, puis de faire le choix radical de rejoindre Ferrari en 2015. Ces incertitudes, notamment réglementaires, avaient fait douter Daniel Ricciardo sur la durée de son futur contrat au moment de quitter Red Bull Racing pour Renault. Est-ce que Mercedes parviendra à dissiper ces éventuels doutes ? Les dirigeants ont sans doute de très bons arguments à présenter. Mais Lewis Hamilton les entendra-t-il ? Ce n'est pas certain.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.