F1 : Horner assure que la décision de Binotto n'a pas été facile à prendre

A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365, publié le samedi 10 décembre 2022 à 22h25

En marge du gala de remise des prix de la FIA, Christian Horner a eu quelques mots pour Mattia Binotto, démissionnaire chez Ferrari, assurant que cette décision n'a pas été la plus simple à prendre.

Ferrari va vivre une révolution de palais. Alors que l'écurie italienne a eu la meilleure monoplace en début de saison, elle a baissé de pied autant que Red Bull Racing a su trouver des solutions pour prendre les commandes. Une situation qui a poussé Mattia Binotto, dont la position était toujours plus contestée, à rendre son tablier, lui qui a passé près de 30 ans à Maranello. Présent ce vendredi à Bologne pour le gala de remise des prix de la FIA, qui a officiellement sacré son écurie et Max Verstappen champions du monde, Christian Horner n'a pas manqué d'évoquer la décision de celui qui ne sera plus le patron de la Scuderia Ferrari en 2023. « Je pense, en toute justice pour Mattia Binotto, qu'il a fait un très bon travail en produisant clairement une voiture et un moteur très compétitifs pour Ferrari cette année, a déclaré le patron de l'écurie autrichienne dans un entretien accordé au magazine britannique Autosport. Evidemment, ils ont eu des problèmes opérationnels. » Pour le dirigeant britannique, le poste à la tête de Ferrari est peu enviable car « la pression est énorme dans cette équipe, parce que c'est une écurie 'nationale', ainsi qu'une écurie de constructeur ».


Horner pointe l'instabilité de Ferrari

A la tête de l'écurie basée à Milton Keynes depuis 2005 et le rachat de Jaguar par le groupe Red Bull, Christian Horner n'a pas manqué de signaler que « ce sera désormais le sixième directeur de Ferrari » qu'il aura face à lui la saison prochaine. Alors qu'une décision n'a pas encore été prise du côté de Maranello, les bruits de paddock les plus insistants mènent à Frédéric Vasseur, actuel patron de l'écurie Alfa Romeo. Revenant alors sur le début de saison, le patron de l'écurie Red Bull Racing ne cache pas que Ferrari avait la main lors des premières manches de la saison. « Je pense que Ferrari avait une voiture plus rapide que nous en début de saison, a-t-il admis. Mais nous avons pu rester au contact et c'était très, très important. » Mais, mettant en avant les succès de Max Verstappen lors du sprint et de la course en Emilie-Romagne, Christian Horner a assuré qu'ils ont été « psychologiquement très important » pour les deux formations, causant un croisement des courbes qui n'a eu de cesse de se confirmer.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.