F1 : Hamilton a le mal du pays

F1 : Hamilton a le mal du pays©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le mercredi 04 novembre 2020 à 16h12

Etabli à Monaco depuis 2012, Lewis Hamilton a reconnu que l'Angleterre lui manquait. Mais pas pour "le froid et le ciel gris"... 

 

Quel avenir pour Lewis Hamilton ? Dimanche, après son 93e succès lors du Grand Prix d'Emilie-Romagne pour le retour de la Formule 1 à Imola, le pilote Mercedes a laissé planer le doute sur son futur : "Rien ne garantit que je sois encore en F1 l'an prochain." Si les négociations avec son écurie n'ont pas avancé, l'annonce n'en reste pas moins étonnante de la part de celui qui est bien parti pour égaler Michael Schumacher en remportant un septième titre de champion du monde. Et s'il s'est de nouveau exprimé sur Instagram mercredi, ce n'est pas pour évoquer ce sujet, mais son pays, l'Angleterre, qu'il a quitté en 2007 pour la Suisse avant de s'installer à Monaco en 2012. 

"L'Angleterre ne m'a jamais autant manqué" 

"Cette année, l'Angleterre ne m'a jamais autant manqué depuis que je vis à l'étranger, écrit-il. Je ne regrette pas le froid et le ciel gris, mais la campagne, les arbres, les voitures qui conduisent du bon côté de la route (lol), les petits villages que j'avais l'habitude de traverser et Buckingham Palace, où j'ai toujours voulu vivre (je rigole, c'est une réplique du film Rasta Rockett). Quoi qu'il en soit, je suis tellement fier de représenter le drapeau de la Grande-Bretagne et je suis très reconnaissant envers ceux qui me soutiennent. Le plus grand honneur d'un athlète, c'est de se lever et de brandir le drapeau de sa nation. Et je vais continuer à le faire aussi longtemps que possible." Un cri du cœur lié aux critiques dont il peut parfois faire l'objet dans son pays ? Où certains l'accusent de ne pas payer ses impôts en Angleterre, ce qui est faux, et estiment que cet exil l'empêche d'être anobli par la Reine. Au grand dam de David Coulthard, notamment

Vos réactions doivent respecter nos CGU.