F1 - GP d'Emilie-Romagne : Mercedes au septième ciel

F1 - GP d'Emilie-Romagne : Mercedes au septième ciel©Panoramic, Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le dimanche 01 novembre 2020 à 14h49

Grâce à la victoire de Lewis Hamilton devant Valtteri Bottas et Daniel Ricciardo au Grand Prix d'Emilie-Romagne, Mercedes a décroché son septième titre de champion du monde des constructeurs d'affilée.



A chaque Grand Prix, Lewis Hamilton écrit un peu plus sa légende, et une semaine après être devenu le pilote le plus victorieux de l'histoire de la Formule 1, avec 92 victoires, le pilote britannique s'est imposé une nouvelle fois, contribuant ainsi à offrir à Mercedes son septième titre de champion du monde des constructeurs d'affilée, du jamais vu ! En attendant un septième titre de champion du monde des pilotes qui lui tend les bras, et qui pourrait être officiel en Turquie dans deux semaines, Lewis Hamilton s'est offert une neuvième victoire en treize Grands Prix cette saison, devant son coéquipier Valtteri Bottas, parti en pole position. Pour le retour de la Formule 1 à Imola après quatorze ans d'absence, ce Grand Prix se sera avéré assez spectaculaire, avec des retournements de situation et un total de cinq abandons... dont deux français. Alors qu'il partait devant Hamilton, Bottas a réussi à conserver sa position lorsque les feux de départ se sont éteints, et c'est même le Britannique qui s'est retrouvé en difficulté et s'est fait doubler par Max Verstappen. Pierre Gasly, parti quatrième, a quant à lui été bloqué par le champion du monde, et Daniel Ricciardo en a profité pour lui passer devant. Le trio Bottas-Verstappen-Hamilton a rapidement compté une belle avance sur le reste du peloton, enchaînant les records du tour. Et le premier coup de théâtre de ce Grand Prix est intervenu au neuvième tour, quand Pierre Gasly est rentré aux stands et a abandonné, victime d'un problème de pression d'eau. Grosse déception pour le pilote français.

Coup de chance pour Hamilton

Alors que Pirelli avait annoncé que les gommes médiums, chaussées par les leaders au départ, pourraient durer entre 26 et 36 tours, Verstappen est allé les changer pour mettre des pneus durs dès le 19eme tour, suivi le tour d'après par Bottas. Lewis Hamilton en a donc profité pour prendre la tête, et signer plusieurs meilleurs tours en course pour prendre de l'avance. Et nouveau coup de théâtre au 29eme tour avec l'abandon d'un deuxième Français, Esteban Ocon, victime d'un problème d'embrayage. Un abandon qui a provoqué des drapeaux jaunes virtuels, ce qui a ralenti Bottas et Verstappen au moment où Hamilton entrait aux stands. Si bien que le champion du monde, un peu chanceux sur ce coup, a pu ressortir en tête, avec plus de trois secondes d'avance sur Bottas ! Ce fut ensuite un long cavalier seul pour Hamilton, qui n'a cessé d'augmenter son avance durant la deuxième moitié de la course, pour s'imposer devant le Finlandais, qui a reconnu après le Grand Prix avoir connu des problèmes d'aérodynamique après avoir roulé sur des débris dès le deuxième tour.

Malchance pour Verstappen

Quant à Verstappen, ce n'est pas lui qui a terminé sur le podium. Il n'a d'ailleurs même pas terminé la course. Au 43eme tour, le Néerlandais, toujours plus proche de Bottas, avait fini par le doubler après une erreur du Finlandais, mais huit tours plus tard, son pneu arrière droit a explosé, lui faisant faire un tête-à-queue et provoquant son abandon, alors que la deuxième place lui semblait promise. La satefy-car est intervenue pendant cinq tours, et George Russell a même réussi à perdre le contrôle de sa monoplace et abandonner sous le régime de la voiture de sécurité ! Les cinq derniers tours n'ont pas changé grand-chose, et la troisième place est revenue, pour la deuxième fois cette saison, à la Renault de Daniel Ricciardo, parti cinquième et qui n'a pas connu la même mésaventure que son coéquipier. A noter également les belles remontées de Kvyat (+4 places par rapport au départ), Leclerc (+2), Perez (+5) et Sainz Jr (+3), qui finissent dans les points, tout comme les deux Alfa Romeo de Kimi Räikkönen et Antonio Giovinazzi, partis 18eme et 20eme et arrivés 9eme et 10eme ! Leur prolongation de contrat leur a donné des ailes. A confirmer dans deux semaines à Istanbul, où Lewis Hamilton pourrait bien être couronné une nouvelle fois.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.