F1 - GP d'Arabie saoudite : Le ministre des Sports assure que la course serait annulée s'il y avait une menace

F1 - GP d'Arabie saoudite : Le ministre des Sports assure que la course serait annulée s'il y avait une menace©panoramic, Media365

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le dimanche 27 mars 2022 à 11h40

Le prince Prince Abdulaziz Bin Turki Al-Faisal, ministre des Sports d'Arabie Saoudite, a fait savoir samedi soir que s'il y avait une vraie menace sur le Grand Prix, la course serait annulée. Mais cela n'est pas le cas selon lui.


Ce dimanche à 19h00 (heure française) sera donné le départ du Grand Prix d'Arabie Saoudite, deuxième manche du championnat du monde, malgré l'attentat sur une raffinerie de pétrole survenu vendredi à quelques kilomètres du circuit de Jeddah. Si les pilotes ont un temps voulu boycotter la course, les dirigeants d'écuries les ont convaincus de courir. Samedi soir, le ministre des Sports saoudien, le prince Prince Abdulaziz Bin Turki Al-Faisal a fait savoir auprès de quelques médias, dont ESPN et Autosport, que tout était sous contrôle : « S'il y a une menace, alors soyez assurés que nous annulerons la course, mais il n'y a pas de menace et c'est ce dont nous avons discuté avec tout le monde. Toutes les agences de sécurité sont en alerte 24 heures sur 24, en ce qui concerne l'endroit d'où la menace pourrait provenir et comment faire pour y remédier. Nous avions des niveaux de sécurité très élevés pour organiser un tel événement et nous savons qu'il est reconnu comme étant sous les feux de la rampe parce que les médias sont là, tout le monde est là. Nous l'avons réalisé dès le début. Et si vous voyez ce qui s'est produit, c'est en périphérie de la ville, il n'y a pas eu de victimes, c'était un réservoir de carburant qui brûlait. »

Al Faisal : "Le dépôt pétrolier n'était une menace pour personne"

Le Prince a tenu à assurer que la sécurité de tout le monde était assurée autour du circuit : « Bien sûr, vous ne pouvez pas couvrir tout le royaume. Ainsi, les agences de sécurité couvrent les zones où il y a une concentration de population. Cet endroit (le dépôt pétrolier) n'était pas couvert parce que ce n'est une menace pour personne. D'après les retours que nous avons, nous avons eu de la chance que ce soit là où cela s'est produit, mais ils ont même été surpris que ce soit cette zone. Donc ce n'est pas une violation de la sécurité, mais comme je l'ai dit, la zone dans laquelle nous nous trouvons, la ville elle-même, les hôtels, partout ailleurs est entièrement sécurisée avec toutes les mesures nécessaires pour s'assurer que rien ne se passe. » Il n'y a plus qu'à croiser les doigts.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.