F1 - Abiteboul : "Wolff est latin, Horner est plus cinglant"

F1 - Abiteboul : "Wolff est latin, Horner est plus cinglant"©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le lundi 06 décembre 2021 à 23h43

La tension est à son paroxysme dans le petit monde de la F1. Pour Cyril Abiteboul, même s'il n'est plus dans le circuit, c'est évidemment haletant de voir notamment ses anciens camarades Toto Wolff et Christian Horner dans de telles positions.



Cyril Abiteboul, l'ancien manager de l'écurie Renault, vient enfin de se faire tatouer comme il l'avait promis à Daniel Ricciardo après son podium en 2020. Et comme tous les fans de F1, il se délecte de la fin de saison incroyable qui s'annonce, alors que Lewis Hamilton et Max Verstappen aborderont le dernier Grand Prix dimanche à égalité de points, à Abu Dhabi. Il connaît aussi de l'intérieur ses deux anciens collègues, Toto Wolff (Mercedes) et Christian Horner (Red Bull), qui personnifient également ce combat acharné. "J'ai beaucoup de sympathie et de respect pour tous les deux, explique le Français à Franceinfo. Ce sont deux grands patrons d'équipes. Ce sont des profils différents. Toto Wolff est beaucoup plus latin, Christian Horner est beaucoup plus cinglant avec des colères très, très froides, brutales. C'est beau de voir ces moments-là."

Abiteboul estime qu'on est arrivé au dénouement d'une "bataille psychologique sur toute une année, auprès de la FIA ou des médias" : "J'aime bien voir Toto Wolff lâcher prise comme ça, c'est une très belle image." Selon lui, "si un scénariste de Hollywood écrivait un scénario pareil, il se ferait retoquer en disant que ce n'est pas réaliste" : "La F1 arrive toujours à nous surprendre. En allant sur ce circuit, avec cette piste très serrée et ces virages à l'aveugle, tout incident se paie cher. Donc tout le monde s'attendait à des drapeaux rouges, et ça n'a pas manqué." Abiteboul, qui "trouve bon pour le sport d'avoir des rivalités extrêmes", pense enfin que Lewis Hamilton a pris un ascendant "réel" : "Il se remet en position d'égalité alors qu'il était en position de challenger, il avait beaucoup plus à perdre."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.