Divers : Le mea-culpa de Lewis Hamilton

Divers : Le mea-culpa de Lewis Hamilton©Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER : publié le mardi 28 juillet 2020 à 13h46

Lewis Hamilton, qui avait partagé une vidéo faisant polémique sur Instagram, a fait son mea-culpa, lundi soir.



Après avoir attaqué frontalement Bernie Ecclestone, Lewis Hamilton refait parler de lui pour des faits en dehors des circuits. Le champion du monde, qui s'en est pris il y a quelques jours à l'ancien patron de la Formule 1 pour des propos tendancieux sur le sujet du racisme, est au cœur cette fois d'une histoire de vidéo partagée sur Instagram qui fait polémique.

Cette séquence a été initialement publiée sur le réseau social par l'acteur américain King Bach. Il s'agit d'un entretien de Bill Gates long de 13 minutes diffusé sur la chaîne CBS au sujet des vaccins destinés à enrayer le coronavirus. Cela portait sur les recherches est en cours et les possibles effets secondaires. Alors que l'ancien patron de Microsoft a investi plus de 250 millions de dollars (213 M€) dans la lutte contre le virus, la vidéo était accompagnée d'un commentaire de King Bach : « Je me souviens quand j'ai dit mon premier mensonge ». La séquence semblant donc accuser Bill Gates de mensonges sur les vaccins contre le Covid-19 a été partagée puis supprimée par Lewis Hamilton qui a fait ensuite son mea-culpa.

Hamilton : « Je n'avais pas vu le commentaire attaché, c'est totalement de ma faute »

Le Britannique, leader du championnat du monde de Formule 1 après trois courses, exprime avoir « mal interprété » cette vidéo sur Instagram. « Je veux clarifier mes pensées, car je comprends pourquoi elles peuvent avoir été mal interprétées », a écrit Lewis Hamilton sur Instagram lundi soir. « Je n'avais pas vu le commentaire attaché, c'est totalement de ma faute et j'ai beaucoup de respect pour le travail de philanthropie accompli par Bill Gates », a ajouté le sextuple champion du monde qui affiche 18,3 millions d'abonnés sur « Insta ».

« Je veux également être clair sur le fait que je ne suis pas anti-vaccin, et que je n'ai aucun doute sur le fait que cela sera important dans le combat contre le coronavirus, et je suis plein d'espoir quant à son développement pour sauver des vies », a encore souligné Hamilton qui a néanmoins ajouté que l'interview de Gates montrait « qu'il y (avait) encore beaucoup d'incertitudes à propos des effets secondaires (d'un vaccin) et sur la manière dont il serait financé. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.