Alpine : Ocon et Gasly sur un pied d'égalité en début de saison

Alpine : Ocon et Gasly sur un pied d'égalité en début de saison©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365, publié le samedi 03 décembre 2022 à 16h30

Laurent Rossi, patron de l'écurie Alpine, a affirmé que ses pilotes Esteban Ocon et Pierre Gasly seront traités de manière égalitaire au début de la saison 2022.



L'écurie Alpine n'entend pas faire de différence entre ses deux pilotes en 2023. Alors que Fernando Alonso, au vu de son expérience d'ancien double champion du monde, pouvait être considéré comme le chef de file de la formation française, l'arrivée de Pierre Gasly en lieu et place de l'Espagnol va changer la donne. Dans un entretien accordé au quotidien L'Equipe, le patron de la marque française Laurent Rossi a clarifié de manière très nette la situation. « Il n'y aura aucune hiérarchie pour démarrer la saison, a-t-il affirmé. Si une nette se dessine, on pourra décider d'en favoriser un sur l'apport d'innovations par exemple. Mais ils vont démarrer à égalité, sans statut particulier parce qu'ils sont incroyablement similaires et ensuite parce que ce n'est pas une dynamique très saine. » Une prise de position qui pourrait toutefois évoluer à l'avenir, notamment si Alpine respecte son plan d'être en mesure de jouer le titre dans une fenêtre de 100 courses, qui a été annoncé en amont de la saison 2022.

Rossi : « Le titre pilote est plus important »

En effet, Laurent Rossi ne cache pas que « le jour où on visera des titres peut-être qu'on le fera ». De plus, alors que l'essentiel des formations présentes sur la grille privilégient le championnat constructeurs en raison de son influence sur les revenus distribués par la FOM, Alpine entend bien viser à terme le titre pilotes. « Si ça arrive, le titre pilote est plus important qu'un titre constructeur et c'est un constructeur qui vous dit ça, a-t-il affirmé. Mais pas tant que l'équipe sera vouée à progresser avec le principe de fonctionnement exigé depuis l'an dernier, c'est-à-dire une collaboration stricte avec échange de réglages, d'informations sur le type de conduite, les vitesses de passage en courbe, les points de freinage... » Une collaboration qui devra également se traduire en piste, contrairement à ce qui a pu être vécu lors du dernier Grand Prix du Brésil. « C'est du sport de haut niveau et dans l'excitation du moment, il y aura des réactions, a admis Laurent Rossi. L'important c'est que ça ne pénalise pas l'équipe en termes de performance. » Le message est clair.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.