Alpine : Alonso, Piastri, Gasly... Laurent Rossi s'est expliqué

Alpine : Alonso, Piastri, Gasly... Laurent Rossi s'est expliqué©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365, publié le dimanche 11 septembre 2022 à 08h00

En marge du Grand Prix d'Italie, Laurent Rossi s'est confié en longueur au site officiel de la F1, revenant sur le départ annoncé de Fernando Alonso, la non-arrivée d'Oscar Piastri mais également sur la potentielle arrivée de Pierre Gasly chez Alpine.



Alpine vit des moments troublés. Alors que Fernando Alonso a préféré rejoindre Aston Martin et qu'Oscar Piastri a refusé un baquet pour l'an prochain afin de signer avec McLaren, l'écurie française est dans l'incertitude concernant son avenir à court et moyen terme. Interrogé en marge du Grand Prix d'Italie, Laurent Rossi a abordé tous les sujets d'actualité concernant son écurie et notamment les raisons qui ont poussé Alpine à ne pas accorder à Fernando Alonso ce qu'il souhaitait, un contrat au-delà de la seule saison 2023. Le patron de la marque français confirme qu'il avait d'autre plans pour l'Asturien. « On voulait qu'il continue avec nous comme pilote en endurance ou sur le Dakar, a-t-il confié alors que le groupe Renault pourrait lancer la marque Dacia en rallye-raid à l'avenir. On en a beaucoup parlé l'an passé. » Quant à la durée du contrat, Laurent Rossi ne voulait pas être tiraillé entre Fernando Alonso et Oscar Piastri. « On n'avait qu'une option de deux ans avec Oscar Piastri. Fernando Alonso souhaitait piloter plus longtemps en F1, quelque chose que nous ne pouvions pas lui proposer au risque de perdre Oscar Piastri, a déclaré le patron d'Alpine. Cela ne faisait pas sens pour nous. De plus, il est fort probable que nous ne pouvions pas nous aligner que ce qui lui a été proposé. » Mais, en fin de compte, ni Fernando Alonso, ni Oscar Piastri ne sera dans le baquet d'une Alpine en 2023. L'attitude de l'Australien était inattendue. « Pour être tout à fait franc, c'est décevant », a même confié Laurent Rossi.

Rossi : « J'ai l'impression que nous avons tenu nos engagements »

Aux yeux du patron de la marque française, les engagements envers le champion 2021 de Formule 2 ont été tenus, c'est-à-dire une place de pilote de réserve, un large programme d'essais et l'engagement à lui trouver un baquet en 2023. « On lui a donné un accès total à l'écurie, aux débriefings, aux réunions techniques et il était à mes côtés la plupart des dimanches à écouter la course. Il était non seulement un pilote de réserve mais le rookie le plus entraîné jamais vu, affirme le patron de la marque tricolore. Il savait comment l'équipe fonctionne, comment un pilote est sensé se comporter au sein d'un écurie. J'ai l'impression que nous avons tenu nos engagements. On est même allés au-delà. » Quant à lui trouver un baquet, Alpine a trouvé un accord avec Williams, c'est alors que tout a commencé à dérailler. « Quand l'opportunité chez Williams allait devenir concrète, au point qu'un moulage du siège était prévu, l'entourage d'Oscar Piastri nous a confié qu'il y avait potentiellement une chance avec McLaren, s'est remémoré Laurent Rossi. C'était un peu décevant. C'était un peu bizarre pour nous car on s'attendait à un peu plus de loyauté au vu de ce que nous avions investi sur lui. » Croyant que Daniel Ricciardo allait rester chez McLaren, l'état-major d'Alpine n'a pas forcément pris la menace McLaren au sérieux. « Otmar Szafnauer l'a vu, lui a dit et nous avons fait notre annonce pour 2023 le concernant. Nous ne savions pas qu'il avait déjà signé, assure Laurent Rossi. Il ne nous l'a jamais dit. On croyait encore que Williams était une bonne opportunité pour lui d'apprendre avec moins de pression. »


Gasly, « un bon candidat » pour Rossi

Mais, admettant que le projet proposé par McLaren pouvait être plus attractif, la perspective d'être titulaire chez Alpine était aux yeux du patron de la marque la meilleure proposition possible. « On a agi de manière logique, en accord avec notre engagement envers lui, assure Laurent Rossi. Je ne pense pas qu'on aurait pu donner plus à n'importe quel pilote. » Mais, dans cette affaire, le patron d'Alpine admet « quelques erreurs » car il ne souhaitait pas enfermer sa pépite dans un contrat trop contraignant. « C'est comme un oubli car on n'a jamais imaginé que, lorsqu'on donne autant à une personne, il n'accepterait pas ce qu'on lui proposait alors qu'on l'a soutenu tant d'années et qu'il a gagné des championnats avec notre soutien », ajoute Laurent Rossi. Quant à l'avenir, le patron d'Alpine sait parfaitement quel profil de pilote il souhaite associer à Esteban Ocon. « On a besoin de quelqu'un qui aide au développement de l'écurie, qui peut aider au développement de la voiture, a-t-il assuré. On a besoin d'un pilote suffisamment expérimenté, d'un pilote à même de marquer des points dès le début et qui peut emmener l'écurie avec lui. » Admettant que Pierre Gasly « est un très bon pilote » mais surtout « un bon candidat » pour un baquet chez Alpine, Laurent Rossi n'écarte pas la piste de la promotion interne avec Jack Doohan, actuel quatrième du championnat de Formule 2, remporté ce samedi par Felipe Drugovich. « Il a montré beaucoup de potentiel, surtout ces derniers temps, affirme le patron de la marque française. Il est rapide, il entre dans nos plans. D'un manière ou d'une autre, nous allons essayer de le mettre dans une F1 à un moment. » Mais l'épisode Piastri laisse des traces. « Nous verrons bien ce que sera la situation à la fin du mois de septembre, conclut Laurent Rossi. On aura plus de clarté quant à toutes les options. D'ici là, je vous assure qu'un décision sera prise. » La patience est donc de mise.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.