WEC : Retour à la compétition en 2023 pour Porsche

WEC : Retour à la compétition en 2023 pour Porsche©Porsche, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365, publié le mercredi 16 décembre 2020 à 17h05

Après Toyota, Peugeot ou encore Audi, Porsche a confirmé son retour au sommet de l'endurance à compter de la saison 2023.

L'endurance va-t-elle connaître un nouvel âge d'or ? Alors que la catégorie LMP1, d'abord attractive pour les constructeurs, a vite perdu son élan pour ne plus concerner que Toyota, la nouvelle catégorie Hypercar semble bien mieux partie. Alors que le constructeur japonais sera de la partie dès la saison 2021 aux côtés de Glickenhaus et ByKolles quand Alpine engagera l'ancienne Rebellion R13 répondant à la norme LMP1, Peugeot fera son retour dès 2022 avec un prototype intégralement conçu par la marque française. Mais c'est en 2023, avec l'arrivée de la réglementation LMDh, qui nécessitera des investissements bien moindres de la part des marques, que la compétition promet d'être des plus féroces. En effet, alors qu'Audi a déjà ouvert la porte à un retour dans l'élite de l'endurance, Porsche a officiellement pris rendez-vous pour 2023 avec « l'intention de s'engager pleinement » dans le championnat nord-américain IMSA et dans le championnat du monde d'endurance dont les 24 Heures du Mans sont le joyau.


Porsche convaincu par une baisse drastique des coûts

Alors que les budgets nécessaires au développement d'un prototype LMP1, en plus du « dieselgate » ayant compromis l'image du groupe Volkswagen, a fait fuir Audi puis Porsche, la nouvelle réglementation LMDh a convaincu la marque de Stuttgart de faire son retour au plus tôt. Cette nouvelle catégorie LMDh nous permettra de prétendre à la victoire avec notre système hybride dans les grandes courses d'endurance classiques que sont les 24 Heures du Mans, les 24 Heures de Daytona et les 12 Heures de Sebring sans casser notre tirelire », a déclaré dans un communiqué Oliver Blume, PDG de Porsche. En effet, la réglementation LMDh impose aux constructeurs intéressés de choisir un châssis fourni par une des marques désignées par l'IMSA et la FIA (Oreca, Ligier, Dallara et Multimatic) alors que le système hybride couplé au moteur thermique sera standardisé. Porsche n'aura donc qu'à développer son moteur, qui pourrait être directement dérivé d'un modèle de route, et la carrosserie de son prototype, réduisant d'autant les coûts. Toyota et Peugeot, pour leur part, on fait le choix de la réglementation Le Mans Hypercar, qui permet la construction d'un prototype complet. Quant à la forme que l'engagement de Porsche prendra, avec une équipe officielle ou des clients, la décision n'a pas encore été prise.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.