Les 24 heures du Mans virtuelles ont séduit

Les 24 heures du Mans virtuelles ont séduit©Media365

Paul Rouget : publié le dimanche 14 juin 2020 à 17h03

La première édition virtuelle des 24 heures du Mans s'est terminée dimanche et a connu un véritable succès populaire. Les pilotes de Formule 1, comme Charles Leclerc, ont eux connu quelques mésaventures.



Initialement programmées ce week-end, les 24 heures du Mans ont été reportées aux 19 et 20 septembre en raison de la crise sanitaire. La compétition mythique s'est tout de même disputée samedi et dimanche, mais virtuellement. Avec des pilotes professionnels et des spécialistes des jeux vidéo, ou « simracers ». Et c'est la Rebellion Williams Esport de Louis Delétraz (photo), Raffaele Marciello, Nikodem Wisniewski et Kuba Brzezinski qui s'est imposée, devant la ByKolles Burst Esport (Tom Dillmann, Esteban Guerrieri, Jernej Simoncic et Jesper Pedersen), et une deuxième Rebellion (Agustin Canapino, Jack Aitken, Alex Arana et Michael Romanidis).

Chez les GTE, la première place est revenue à la Porsche 911 RSR Esports Team (Nick Tandy, Ayhancan Güven, Joshua Rogers et Tommy Ostgaard). Vainqueur en 2015 sur Porsche, Tandy devient le premier pilote à remporter les 24 heures du Mans en « vrai » et virtuellement. Plusieurs pilotes de Formule 1, anciens ou actuels, participaient à la course, comme Max Verstappen, bien parti mais qui a ensuite perdu le contrôle de sa Red Bull, Fernando Alonso, victime d'une panne d'essence, ou Charles Leclerc. Et le Monégasque de la Scuderia, grand amateur de courses virtuelles, a pris la 18e place avec sa Ferrari 488 GTE de Ferrari-AF Corse, non sans connaître quelques mésaventures. "Je ne sais pas s'il faut en rire ou en pleurer", a-t-il commenté sur Twitter après avoir vu son véhicule se retourner, confiant également son envie de participer un jour aux 24 heures.

Si cette course virtuelle, dont le départ a été donné par Tony Parker, a rencontré un vrai succès populaire, elle a dû être interrompue pendant une heure samedi. Car le serveur a souffert d'une surchauffe après quasiment 5 heures de course. Les voitures ont dû alors effectuer plusieurs tours derrière la safety car avant de pouvoir repartir. Pas de quoi gâcher la fête. Beaucoup ont d'ailleurs salué cette initiative, à l'image du président de la Fédération internationale de l'automobile (FIA). "J'aime ce côté bon esprit et cette autre façon d'aborder ce sport auto qui se développe différemment", a réagi Jean Todt lors de la retransmission. "C'est génial de voir le graphisme, c'est très bien fait. C'est incroyable de se dire qu'il y a des gens assis partout dans le monde et qui participent aux 24 Heures du Mans", a salué pour sa part Tom Kristensen, le pilote danois recordman de victoires dans la Sarthe (9) et surnommé « Monsieur Le Mans ».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.