IndyCar - 500 Miles d'Indianapolis : Pagenaud veut faire au mieux, Alonso ne vise pas trop haut

IndyCar - 500 Miles d'Indianapolis : Pagenaud veut faire au mieux, Alonso ne vise pas trop haut©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, Media365 : publié le mardi 11 août 2020 à 22h30

Tenant du titre, Simon Pagenaud est conscient que doubler la mise lors des 500 Miles d'Indianapolis ne sera pas chose aisée. De retour sur le Speedway un an après son fiasco lors des qualifications, Fernando Alonso, pour sa part, ne déborde pas d'ambition.



Ce qui est habituellement le rituel du mois de mai aura lieu en août. Ce mercredi, les 33 monoplaces au départ des 500 Miles d'Indianapolis prendront la piste pour la première fois à quatre jours du début des qualifications et à onze jours de la course tant attendue. Disputée dans des conditions exceptionnelles, avec un huis clos récemment confirmé en raison de la crise sanitaire, cette 104eme édition du « plus grand spectacle du sport automobile » va réserver son lot de surprises. « Je m'attends tout de même à une course assez différente et plus difficile avec beaucoup d'inconnue. Nous n'aurons que trois jours d'essais avant la course, rappelle le tenant du titre Simon Pagenaud dans un entretien accordé à France 3 Nouvelle-Aquitaine. Il sera important d'avoir des réglages de base performants dès le début, pour gagner du temps, puis ensuite travailler sur les détails. »

Pagenaud avoue avoir « un poids en moins sur les épaules »

Premier Français en quasiment un siècle à s'imposer sur le mythique « Brickyard », Simon Pagenaud confirme que cette victoire va changer la donne quant à l'approche de l'événement. « Comme j'ai déjà gagné cette course l'année dernière, j'ai un poids en moins sur les épaules, ajoute le natif de Montmorillon. C'était très important dans l'évolution de ma carrière. Cette course me procure des sensations qu'aucune autre course ne me procure. » Une course qui, mis à part la date, a également changé d'heure de départ avec le drapeau vert qui sera agité vers 20h30 heure française, soit deux heures plus tard que la tradition, ce qui ne semble pas défriser le Poitevin. « Pour moi c'est un horaire qui me convient. J'aurais plus le temps de manger avant la course, s'amuse Simon Pagenaud. C'est plutôt une question de température qui va influer sur la tenue de route de la voiture et comment se comporte la piste en août en fonction des horaires. » Au-delà du vainqueur sortant, celui qui attirera également les regards sera Fernando Alonso. Après une première apparition brillante en 2017, course qu'il avait rapidement menée avant de subir une casse moteur, l'édition 2019 restera un échec cuisant. Avec une écurie McLaren associée à Carlin mal préparée, l'Espagnol n'avait pas passé le cap des qualifications.


Alonso ne veut pas revivre 2019

Mais, pour 2020, la donne a changé. En effet, McLaren s'est officiellement engagée en IndyCar aux côtés de l'écurie Schmidt-Peterson Motorsport, rebaptisée Arrow McLaren SP et a déjà connu des résultats probants cette saison. Mais, malgré tout, Fernando Alonso n'arrive pas à Indianapolis avec le plein de confiance. « J'espère qu'on sera assez rapides pour être en lice pour la victoire, oui mais à la veille des premiers essais, on est optimistes comme on l'était l'an dernier, rappelle dans un entretien accordé au quotidien L'Equipe l'Asturien qui, cette année, est assuré d'être au départ car seuls 33 pilotes sont engagés pour 33 places sur la grille de départ. Il faut prendre les choses étape par étape. Je suis conscient de ne pas être dans les favoris parce qu'on manque d'expérience. L'équipe n'est pas nouvelle mais la collaboration n'est vieille que de quelques mois. » De retour en Formule 1 l'an prochain avec Renault, Fernando Alonso est conscient que c'est sa dernière chance d'égaler Graham Hill et compléter la Triple Couronne avant plusieurs années. « J'aborde la course en me disant que lors des deux prochaines années, ce sera impossible de venir. Il faudrait que je manque les qualifications si je voulais faire les deux, résume Fernando Alonso, qui sera le coéquipier d'Esteban Ocon pour les deux prochaines saisons. Et puis je ne serai plus sous contrat avec McLaren donc ça ne marcherait pas de ce côté non plus. Donc pour deux ans, je ne reviendrai pas. » Mais, alors que le patron de McLaren Zak Brown n'a pas écarté l'idée de compter sur Fernando Alonso malgré son engagement avec la marque au losange, ce dernier n'a pas fermé la porte : « On verra ensuite ce qu'il se passera dans le futur ».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.