24 Heures du Mans : Toyota n'avait pas une marge aussi grande sur Glickenhaus

24 Heures du Mans : Toyota n'avait pas une marge aussi grande sur Glickenhaus©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le dimanche 12 juin 2022 à 20h32

Alors que les deux Glickenhaus ont terminé à cinq et dix tours des Toyota, le directeur technique de l'écurie japonaise Pascal Vasselon a assuré que l'écart entre les deux formations n'était pas aussi important.



Les 24 Heures du Mans se sont une nouvelle fois résumées à un duel fratricide. Alors qu'Alpine a très vite perdu pied, Glickenhaus n'a pas été en mesure d'apporter une véritable concurrence à Toyota. Interrogé peu après la conclusion de la 90eme édition de la classique mancelle, le directeur technique de l'écurie japonaise Pascal Vasselon a confié que ce doublé « va compter parmi les grandes réussites, même si la copie n'est pas parfaite ». « On a eu un petit souci, mais aucune voiture n'est rentrée dans le garage, ce qui est quand même bien, et la voiture numéro 8 a fait la course quasi parfaite », a ajouté le dirigeant français dans des propos recueillis par motorsport.com. Un tableau de marche respecté à la lettre qui a mis la première des deux Glickenhaus à cinq tours. Toutefois, Pascal Vasselon a tenu à minimiser la différence entre les deux prototypes. « Glickenhaus a été un peu en retrait de nuit, mais leurs temps étaient exactement dans notre rythme, a assuré le directeur technique de Toyota. Il y avait trois voitures en trois dixièmes, les trois en 3'27"7, donc en potentiel direct ils étaient au même niveau. Ils ont manqué de régularité dans certaines conditions. »

Vasselon : « On n'a pas fait beaucoup d'erreurs »

Si Toyota a très vite vu la concurrence être distancé, l'écurie japonaise n'a jamais rien pris pour acquis. Le fantôme de l'édition 2016, perdue dans le dernier tour face à Porsche, reste bien présent. « Pour nous, la course n'est jamais ennuyeuse, on est toujours inquiets, on a toujours l'impression de ne pas avoir de marge, mais oui, c'est vrai qu'on n'a pas fait beaucoup d'erreurs, a assuré Pascal Vasselon. On a été assez constants. » Le directeur technique de Toyota a toutefois salué la performance et le potentiel de leurs rivaux les plus proches. « Notre force, par rapport à Glickenhaus, est de s'adapter assez vite à chaque condition, mais ils ont le potentiel, a-t-il affirmé. Compte tenu de la jeunesse de leur voiture, de leur organisation, c'est remarquable. » Si la différence entre les deux écuries était de cinq tours à l'arrivée, Pascal Vasselon a assuré que, sans soucis pour l'écurie américaine, elle serait bien moindre. « La voiture 709 a eu je crois deux arrêts qui lui ont fait perdre un tour donc l'écart n'est pas de quatre ou cinq tours, il est de deux tours », a-t-il affirmé. La donne sera désormais différente puisque, dès Monza en juillet prochain, Peugeot sera de retour alors que Porsche, Ferrari ou encore Cadillac seront présents en 2023.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.