Une sprinteuse anglaise victime de profilage racial ?

Une sprinteuse anglaise victime de profilage racial ?©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le lundi 06 juillet 2020 à 22h25

Bianca Williams, championne d'Europe en titre du relais 4x100m, se dit victime de profilage racial, ou de contrôle au faciès, après son interpellation mouvementée par la police londonienne samedi, alors qu'elle était avec son compagnon et son fils de trois mois.



"La police raciste, ce n'est pas qu'aux Etats-Unis". La vidéo, légendée ainsi par Linford Christie, a accumulé plus d'un million de vues sur Twitter, où le sprinteur anglais devenu entraîneur a publié cette séquence de deux de ses athlètes, la Britannique Bianca Williams et son compagnon, le Portugais Ricardo dos Santos, qui se font sortir de leur voiture et arrêter par la police londonienne, avant qu'ils ne se fassent mettre les menottes devant leur fils de trois mois.

"Est-ce qu'ils ont eu des suspicions à cause de la voiture ? Ou est-ce parce que c'était une famille noire qu'il y a eu une confrontation aussi violente ?", se demande encore leur entraîneur, qui précise que c'est la deuxième que cela leur arrive en deux mois. "Je sais que ce ne sera pas la dernière fois, mais ce genre d'abus de pouvoir et de racisme institutionnalisé ne peut plus être justifié ou normalisé", écrit "Le Sphinx".

"Il faut faire attention, car être noir est un crime"

"C'est toujours la même chose avec Ricardo. Ils pensent qu'il conduit une voiture volée, ou qu'il fume du cannabis. C'est du profilage racial. J'ai été choqué par la manière dont ils ont parlé à Ricardo, comme si c'était une racaille. C'était horrible à voir", raconte au Times la sprinteuse de 26 ans, médaillée d'or sur le relais 4x100m à Berlin en 2018. "Je devais en parler, a-t-elle précisé auprès du Guardian. Et faire savoir à tout le monde ce qui arrive à ceux qui représentent le pays. Ça peut arriver à n'importe qui, à mon frère, et à mon fils quand il sera plus vieux. Je vais devoir lui apprendre quand il sera capable d'aller à l'école tout seul, ou de sortir avec ses amis. Il faut faire attention, car être noir est un crime."

Dans un communiqué, la police londonienne a justifié cette interpellation en expliquant que le véhicule aux vitres teintées était conduit de manière "suspicieuse" et roulait du mauvais côté de la route. Le couple a ensuite été libéré, après 45 minutes. Une interpellation "difficile à justifier", selon Keir Starmer, le leader du parti travailliste.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.