Russie : La Fédération russe encore suspendue, Lasitskene appelle à un grand changement

Russie : La Fédération russe encore suspendue, Lasitskene appelle à un grand changement©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le lundi 10 juin 2019 à 17h43

Face au refus de l'IAAF de réintégrer la Fédération Russe d'athlétisme, mêlée dans un scandale d'Etat de dopage, Maria Lasitskene a appelé ses dirigeants à effectuer un grand coup de balai pour remettre l'athlétisme russe sur de bons rails.

Maria Lasitskene en a marre et veut le faire savoir. A l'occasion de la réunion de son Conseil ce week-end à Monaco, l'IAAF a une nouvelle fois refusé de réintégrer dans son giron la Fédération Russe d'athlétisme (RusAF). Si cette dernière a bien remboursé les frais engagés depuis le début de l'affaire de dopage d'Etat et que les données du laboratoire de Moscou ont été récupérées par l'Agence Mondiale Antidopage, les récentes allégations concernant des responsables de la RusAF ayant couvert un athlète ainsi que le maintien en poste d'entraîneurs et d'un médecins bannis ont contrarié la « task force » en charge de l'enquête. Ce qui a ralenti le processus et contraint l'IAAF à statuer en défaveur de la Russie. C'est à la suite de cette décision que Maria Lasitskene a décidé de sortir de son silence via le réseau social Instagram. « Au cours des trois dernières années, j'ai entendu 200 fois que tout a été fait et qu'on va nous réintégrer, déclare dans sa langue natale la double championne du monde de saut en hauteur, visant nommément le ministère russe des sports, la Fédération Russe d'Athlétisme et l'Agence Antidopage russe. Mais ce ne sont que des belles paroles qu'on essaye de nous vendre. »


Lasitskene espère un grand nettoyage

Autorisée à participer aux meetings et aux prochains championnats du monde d'athlétisme de Doha sous le statut d'« athlète neutre autorisée », Maria Lasitskene s'est livrée à une charge en règle contre sa Fédération de tutelle, assurant qu'elle souhaite voir un coup de balai se faire à son sommet mais également à sa base. « Tous ces gens pensent que les sportifs ne voient rien, ne comprennent rien et que leur seule tâche est de sauter et de se taire. Ils ont oublié que sans les athlètes, l'existence d'une fédération sportive n'a aucun sens, assure-t-elle. J'espère que les gens impliqués dans cette honte sans fin auront finalement le courage de partir. Non seulement la direction, mais aussi tous ces entraîneurs en activité qui sont toujours persuadés que, sans dopage, c'est impossible de gagner. La nouvelle génération de nos athlètes doit grandir avec une philosophie différente et c'est l'entraîneur qui façonne son sportif. » Des mots forts de la part d'une des principales chances de médaille russe à Doha, mais rien n'indique que cela va faire bouger les lignes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.