Renaud Lavillenie pas fan de la nouvelle Ligue de Diamant

Renaud Lavillenie pas fan de la nouvelle Ligue de Diamant©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, publié le samedi 01 septembre 2018 à 10h51

Cinquième du concours de perche de la finale de la Ligue de Diamant, à Bruxelles, Renaud Lavillenie était déçu, et a jugé « regrettable » la formule de la compétition mise en place l'an passé.

Vainqueur de la Ligue de Diamant sans discontinuer de 2010 à 2016, Renaud Lavillenie a dû laisser les diamants à l'Américain Sam Kendrick et au Russe (qui concourt sous bannière neutre) Timur Morgunov en 2017 et 2018. La faute à une forme physique et des résultats en baisse, mais aussi à un changement dans le règlement de la compétition. Depuis l'an passé, c'est en effet l'athlète qui remporte le concours ou la course de la finale se déroulant à Zurich ou Bruxelles (selon les disciplines) qui remporte le trophée en diamants. Auparavant, un système de points était mis en place tout au long de la saison, et le plus régulier l'emportait, à condition de participer à la finale de Bruxelles ou Zurich. Même si l'ancien règlement ne lui aurait pas permis de s'imposer à l'issue des saisons 2017 et 2018 (il n'a remporté qu'un seul meeting de la Ligue de Diamant, à Shanghaï en 2018), le recordman du monde de la perche juge cette nouvelle formule regrettable, comme il l'a expliqué vendredi après s'être classé cinquième à Bruxelles, avec un saut à 5,73m (5,93m pour Morgunov).

Perkovic pense comme Lavillenie


« Forcément, c'est surtout la déception qui prévaut ce soir même s'il y a certaines circonstances atténuantes à avancer et que le concours a été intéressant tout de même : il faisait assez froid, on est au stade depuis 18 h. Le concours a été assez long. J´ai cru pouvoir me mêler à la lutte pour la victoire mais les sensations n'étaient pas excellentes comme c'est déjà le cas depuis des semaines voire des mois. Ne pas gagner la Diamond League est dommage mais, par rapport à la période où je la gagnais, ce n'est plus vraiment le même sport ou de système de récompense en tout cas. A l'époque, il fallait juste être le plus régulier, pas spécialement briller lors de la finale. Personnellement, je trouve cela un peu regrettable. » Même son de cloche chez la Croate Sandra Perkovic, reine du disque en Ligue de Diamant depuis 2012, mais qui a perdu son titre vendredi en terminant troisième, derrière la Cubaine Yaime Perez et la Brésilienne Andressa De Morais. « Des choses stupides se passent parfois. J'étais malade depuis cinq jours. C'était ma huitième finale, j'en ai gagné sept. Mais la Ligue de Diamant ne devrait pas se jouer sur une finale », a confié la Croate. Le message sera-t-il entendu par la Fédération internationale ? Il faudra s'armer de patience, car le règlement sera toujours le même en 2019.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.