Perche - Lavillenie : " Je n'ai pas à être déçu "

Perche - Lavillenie : " Je n'ai pas à être déçu "©Media365

Thomas Siniecki : publié le dimanche 09 février 2020 à 10h14

Dure soirée pour Renaud Lavillenie, samedi à Rouen. Alors qu'il n'a pas pu passer la moindre barre (trois échecs à 5,64 m), le désormais ancien recordman du monde a également appris les 6,17 m de son jeune ami Armand Duplantis. Beau joueur, il a réagi durant plus de trois minutes.

Renaud Lavillenie aura donc tenu un peu moins de six ans avec le record du monde du saut à la perche, battu samedi par Armand Duplantis qui a passé 6,17 m. « Pour être honnête, il n'y a pas de surprise, constate le Français. On a pas mal échangé ces dernières semaines, en rigolant je lui ai demandé d'attendre pour que je fête mon sixième anniversaire, après il avait champ libre... Mais je savais qu'à chaque compétition, il aurait l'opportunité. Au vu de ses tentatives de la semaine dernière, il n'y avait pas de raison que ça ne tombe pas rapidement, ça pouvait passer. Je sais qu'il a le potentiel depuis deux ans. Les records sont faits pour être battus. J'ai eu l'honneur de l'avoir pendant six ans, je n'ai pas à être déçu. Il a tout le talent devant lui pour faire sûrement encore mieux, c'est beau. »


En le poussant un peu, Renaud Lavillenie admet tout de même une légère et compréhensible tristesse : « C'est un petit plus sur la carte de visite, même si dans l'absolu, ce n'est pas un vrai titre ou une médaille. Certains ont eu le record du monde durant cinq minutes, comme Thierry Vigneron avant que Sergueï Bubka ne l'efface sur la même compétition. Le delta du temps fait partie du jeu. J'étais le premier à le dire quand je l'ai battu, je n'avais aucune vision pour savoir si c'était sur quelques années ou plus... C'est fait. J'ai la chance de l'apprécier énormément. Je ne peux pas dire que je suis super content, personne ne le pourrait. Mais comme je m'entends très, très bien avec lui depuis des années, il y a moins d'amertume. Ça n'enlève rien à ce que j'ai fait, ni à ce qu'il y a devant. Il n'est pas imbattable, et il sera attendu au tournant à chaque fois, seul contre tous. Je l'ai vécu pendant des années. On paie cash la moindre erreur. Il a le talent pour résister, mais la perche, c'est aléatoire. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.