Mondiaux - Bleus : Qui pour une médaille avec Mayer ?

Mondiaux - Bleus : Qui pour une médaille avec Mayer ?©Panoramic, Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le vendredi 04 août 2023 à 20h01

Kevin Mayer, champion du monde 2022, avait été le seul athlète français à monter sur un podium à Eugene. Un an plus tard, à Budapest (du 19 au 27 août) et sans Jimmy Vicaut ni Pascal Martinot-Lagarde, la situation restera tendue.


La (seule et unique) valeur sûre

Kevin Mayer va encore devoir supporter seul la pression de tout un pays, ce qui continue de faire peur lorsqu'on pense au contexte de Paris 2024, où on voit mal dans la sélection communiquée vendredi - à une ou deux exceptions près, peut-être - qui pourrait le rejoindre au rang des ambitions de médailles, désormais si près du grand rendez-vous (dans moins d'un an, du 1er au 11 août pour le sport olympique roi).

Le champion du monde va défendre son titre, lui qui est devenu triple champion d'Europe en salle cet hiver pour sa seule sortie d'importance de l'année. Un timing parfaitement géré et maîtrisé, comme toujours, pour le double vice-champion olympique et recordman du monde, qui va s'étalonner une dernière fois dans les conditions d'une très grande compétition.

Les autres

Voici les fameuses exceptions tant espérées et citées plus haut : le petit génie Sasha Zhoya reste la première, lui qui a remis un beau coup de fouet à ses ambitions avec son titre de champion de France sur 110 m haies en 13"01, mieux que ses 13"17 qui lui avaient déjà offert la couronne l'an dernier. Il avait déçu pour ses premiers Mondiaux à Eugene, mais il n'avait que 20 ans et c'était par définition une découverte.


Wilfried Happio (400 m haies) aura l'occasion de prendre sa revanche de 2022, où il avait manqué le podium pour deux petits centièmes ; Jimmy Gressier est le tout frais recordman de France du 5 000 m, 12'56"09 à Monaco le 21 juillet ; Gabriel Tual avait terminé sixième de la finale du 400 m à Eugene. La courbe, en revanche, n'est pas censée être ascendante pour Renaud Lavillenie (saut à la perche), mais il est impossible d'écarter le champion olympique 2012 et ancien recordman du monde de la course à la médaille. Chez les filles, seule la vice-championne d'Europe Rénelle Lamote paraît en mesure de sauver les meubles, mais elle n'était même pas parvenue en finale l'an passé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.