Mondiaux 2019 : Trois sur trois pour les Bleus sur le 110m haies, Zahi sur 200m et Sananès sur 400m verront les demi-finales

Mondiaux 2019 : Trois sur trois pour les Bleus sur le 110m haies, Zahi sur 200m et Sananès sur 400m verront les demi-finales©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, publié le lundi 30 septembre 2019 à 19h53

Deuxième de sa série du 200m après avoir fait l'impasse sur le 100m, Carolle Zahi s'est qualifiée pour les demi-finales de l'épreuve. Alexie Alaïs, pour sa part, a manqué le coche au javelot. Déborah Sananès a passé les séries du 400m contrairement à Amandine Brossier. Pascal Martinot-Lagarde, Wilhelm Belocian et Dimitri Bascou se sont qualifiés pour les demi-finales du 110m haies.



Pas perturbé par le faux-départ de l'Haïtien Jeffrey Julmis, Pascal Martinot-Lagarde a assuré avec la deuxième place de sa série en 13''45 derrière l'Américain Daniel Roberts (13''38), solidement en tête avant un déséquilibre à la réception de la dernière haie mais ce dernier a ensuite été disqualifié pour avoir fait tomber une haie du Sud-Africain Ruan de Vries, offrant la victoire sur un plateau au Français. « C'était un exercice intéressant. Roberts part en boulet de canon, il fallait faire une course sérieuse pour ne pas tomber dans le piège des séries, a déclaré Pascal Martinot-Lagarde au micro de France Télévisions à l'issue de sa course. J'ai été trop relâché et j'ai dû prendre des risques. Heureusement que ça n'a pas envoyé comme lors des séries précédentes. Au moment où Daniel Roberts commence à taper, je me suis senti en sécurité. Je n'ai pas été perturbé mais ça décrit ce que le 100m haies peut donner. Il est un des favoris mais il peut tomber. La hiérarchie est respectée, c'est bien. »

Belocian et Bascou passent in extremis



Pascal Martinot-Lagarde ne sera pas seul lors des demi-finales du 100m haies. Les Tricolores ont réalisé un sans-faute qui a tenu à rien. Mal parti dans la dernière série, Wilhelm Belocian a su accélérer sur les dernières haies pour arracher la quatrième place (13''67) avec un centième d'avance sur le Chinois Jianhang Zeng et loin derrière l'Espagnol Orlando Ortega, auteur du meilleur temps des séries en 13''15. « Je suis quand même qualifié pour les demi-finales, la compétition commence vraiment. J'ai fait beaucoup d'erreurs, a confié le Tricolore au micro de France Télévisions. J'ai fait une grosse faute à la quatrième haie, ça me pénalise pour la prise de vitesse. Je suis obligé de rester technique pour aller gratter la place. Je vais me reconcentrer pour les demi-finales. » Une dernière série relativement moins rapide que les quatre précédentes qui fait les affaires de Dimitri Bascou. Pas dans le coup au départ, le Martiniquais s'est accroché pour signer le meilleur temps possible. Sixième de sa série en 13''53, il est le troisième repêché au temps, permettant un carton plein tricolore. « J'ai eu une mise en jambes difficile. J'ai fait pas mal de repos pour absorber les conditions. J'ai senti un manque d'engagement, de peps pendant la course, a analysé Dimitri Bascou à l'issue de sa course au micro de France Télévisions. Je savais que ça allait être comme ça, c'était une prise de risques. »

Pari gagnant pour Zahi sur 200m



Carolle Zahi n'a pas manqué son pari. Initialement annoncée pour doubler 100m et 200m, la native de Bingerville, en Côte d'Ivoire, a préféré laisser de côté la ligne droite pour se focaliser sur le demi-tour de piste et, pour l'athlète de 25 ans, ce choix s'est avéré payant. La sociétaire de l'Athlé Sud 77 a pris la deuxième place de sa course en 22''99, loin derrière l'Américaine Anglerne Annelus (22''56) mais l'essentiel était ailleurs puisque cette place lui permet de se qualifier pour les demi-finales du 200m, qui auront lieu ce mardi tout comme la finale. « Je suis très contente car le plus important, c'était de passer le premier tour étant donné que le niveau est très relevé, a déclaré Carolle Zahi au micro de France Télévisions. Le chrono n'est pas top, tout comme la course en elle-même. Je ferai de mon mieux demain (mardi) pour aller plus vite que ça parce que ça sera très, très serré. Il faudra aller plus vite. » Des séries auxquelles Dafne Schippers, double tenante du titre, Marie-Josée Ta Lou et surtout Shelly-Ann Fraser-Pryce n'ont pas pris, la programmation des épreuves de sprint dans ces Mondiaux organisés à Doha ne facilitant pas la vie des athlètes souhaitant doubler les deux épreuves. Cela n'a pas ralenti Dina Asher-Smith car la Britannique, moins de 24 heures après avoir remporté l'argent sur 100m, a signé le meilleur temps des séries en 22''32.

Alexie Alaïs manque la qualification au javelot


Un an après avoir pris part à la finale européenne à Berlin, il n'y aura pas de finale mondiale au javelot pour Alexie Alaïs. Avec une meilleure marque à 60,46m à son deuxième essai, la Guyanaise devait espérer prendre place dans le Top 12 au cumul des deux groupes faute d'avoir envoyé son javelot au-delà de la ligne de qualification fixée à 63,50m, que seules la Chinoise Huihui Lyu et l'Allemande Christin Hussong ont pu franchir. Cinquième dans son groupe, la Française prend la 14eme place à 44 centimètres seulement de la Tchèque Irena Sediva, dernière qualifiée avec 60,90m. « Honnêtement, je n'arrive pas à comprendre. J'étais prête, très prête et je ne comprends pas ce qui s'est passé aujourd'hui, a déclaré Alexie Alaïs au micro de France Télévisions. Ce qui manquait, c'est que j'étais trop près et j'ai dû ralentir dans ma course. Je n'ai pas pu mettre ma vitesse de jambes, ce qui est mon point fort. C'est comme ça, c'est la vie, c'est le sport. J'étais venue pour quelque chose et je suis triste. Je suis quand même à Doha, je me suis qualifiée, j'ai fait une bonne saison. J'ai pris une claque mais ça me donne envie de travailler encore plus dur et revenir encore plus forte. » Des qualifications qui auraient pu être fatales à la triple championne du monde Barbora Spotakova. La Tchèque, tenante du titre, n'a validé son billet qu'au dernier essai avec 62,15m, terminant seulement sixième de ces qualifications.

Une sur deux pour les Françaises sur le 400m




Il n'y aura qu'une représentante tricolore lors des demi-finales du 400m féminin. Déborah Sananès a validé son billet en prenant la deuxième place de sa série en 51''76, derrière la Bahaméenne Shaunae Miller-Uibo (51''30), quatrième de la finale en 2017. Une place qui lui permet de valider directement son billet pour le tour suivant. Une opportunité qu'Amandine Brossier n'a pas pu saisir. La native de Cholet, placée dans la dernière série, n'a pu en prendre que la septième place en 52''81, loin derrière la Bahreïnie Salwa Eid Naser (50''74), la Polonaise Justyna Swiety-Ersetic (51''34) et la Mexicaine Paola Moran (51''58). La qualification au temps était hors de portée de la Française, qui a réalisé le 40eme temps au cumul des six séries, le dernier strapontin revenant à la Cubaine Roxana Gomez, qui a bouclé le tour de piste en 51''85.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.