Mondiaux 2019 : Finale pour le relais 4x100m masculin, pas pour le relais féminin et Alexis Miellet

Mondiaux 2019 : Finale pour le relais 4x100m masculin, pas pour le relais féminin et Alexis Miellet©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, publié le vendredi 04 octobre 2019 à 21h40

Huitième de sa demi-finales, Alexis Miellet ne verra pas la finale du 1500m des championnats du monde d'athlétisme de Doha. Les relayeuses du 4x100m, disqualifiées après une transmission manquée, ont également manqué le coche. Le 4x100m masculin, pour sa part, s'est brillamment qualifié.



Le relais 4x100m masculin a été exact au rendez-vous. Amaury Golitin, Jimmy Vicaut, Méba-Mickaël Zézé et Mouhamadou Fall, s'ils n'ont pas pu obtenir une qualification à la place derrière l'Afrique du Sud (37''65), le Japon (37''78) et la Chine (37''78), sont allés chercher une qualification au temps pour la finale en 37''88, à seulement huit centièmes du record de France, qui date de 1990. « Tout s'est bien passé, on se qualifie pour la finale et on améliore notre meilleur temps de la saison. Demain (samedi), il y a la finale et il va falloir faire mieux pour ramener une médaille, a déclaré Jimmy Vicaut au micro de France Télévisions. Comme j'ai raté mon 100m, on va se rattraper sur le 4x100m. On a une très bonne équipe donc j'y crois pour demain (samedi). » La deuxième demi-finale a été plus chaotique, notamment pour les Américains. Si la Grande-Bretagne est allé chercher le record d'Europe en 37''56 devant le Brésil (37''90), le quatuor Christian Coleman-Justin Gatlin-Michael Rogers-Cravon Gillespie est passé très près de la disqualification pour une dernière transmission hors-zone. Les Pays-Bas prennent le dernier billet pour la finale aux millièmes face au Canada (37''91).

Robert-Michon passe à côté, Cuba s'offre le doublé au disque féminin


La mauvaise nouvelle de la soirée a été Mélina Robert-Michon. Espoir de médaille sur le lancer du disque, la Française a manqué son concours, elle qui travaille depuis son retour à l'entraînement sur une nouvelle technique de lancer qui demande encore du travail. Après un premier essai manqué, elle n'a pas pu faire mieux que 59,99m, soit la dixième meilleure performance de la soirée, qui ne lui a pas permis d'avoir trois essais supplémentaires. « Je pense qu'il manque encore de l'entraînement. On a vu de belles choses lors des qualifications mais mon niveau, il est là pour l'instant, a confié Mélina Robert-Michon au micro de France Télévisions. J'ai été capable de faire cette performance, je n'ai pas été capable de la reproduire en finale donc il faut se remettre au travail pour l'année prochaine. J'arrivais dans des conditions particulières donc je ne peux pas être déçue parce que j'ai fait de belles choses et j'ai montré que j'étais revenue. J'avais envie de faire mieux que ça mais je n'oublie pas que j'ai repris l'entraînement il y a un an et qu'il s'est passé plein de choses. » Une finale qui a vu le triomphe de l'école cubaine avec le titre pour Yaimé Pérez (69,17m) devant sa compatriote Denia Caballero (68,44m). Elles devancent l'inoxydable Sandra Perkovic (66,72), qui repart de Doha avec la médaille de bronze.

Miellet manque le coche



Alexis Miellet ne verra pas la finale du 1500m des championnats du monde. Sur la piste du Khalifa International Stadium de Doha, le Français a tenté sa chance, se mettant dans la foulée de Timothy Cheruiyot à l'orée du dernier tour de course. L'accélération lancée par Taoufik Makhloufi dans la ligne droite opposée a lancé la fin de course. En maîtrise, le Kenyan (3'36''53) s'impose devant l'Algérien (3'36''69), qui sort d'une retraite de trois ans lors de ces Mondiaux. Le Britannique Neil Gourley, l'Américain Craig Engels et le Suédois Kalle Berglund prennent les derniers billets directs. Seulement huitième en 3'37''39, Alexis Miellet n'a pas pu jouer la carte de la qualification au temps, réservée aux deux meilleurs temps. « Il faut bien un premier pas pris et, malheureusement, ça tombe sur moi, a confié le Français au micro de France Télévisions. Ça a beaucoup bousculé durant la course et j'étais à l'arrière. Je ne subissais pas les coups mais plutôt les à-coups. Je ne me suis pas trop mal replacé à 600m de l'arrivée mais à 300m de l'arrivée, ils ont placé une attaque. J'ai préféré en garder sous le pied car je n'aurais pas pu tenir 300m comme ça. Mais, au final, je ne termine pas si mal que ça, je pense que je suis allé aussi vite qu'eux sur le dernier 100m. C'est dommage, il ne m'en manque pas beaucoup. » La deuxième demi-finale a vu le Polonais Marcin Lewandowski signer le meilleur temps en 3'36''50. Il se qualifie aux côtés du Kenyan Ronald Kwemoi, du Norvégien Jakob Ingebrigtsen, du Britannique Josh Kerr et du Djiboutien Youssouf Hiss Bachir. L'Américain Matthew Centrowitz et le Britannique Jake Wightman prennent les strapontins pour cette finale.

Le relais 4x100m féminin a payé cher une erreur


Carolle Zahi, Cynthia Leduc, Estelle Raffai et Orlann Ombissa-Dzangué ont pris des risques dans les transmissions, trop sans aucune doute. Lors de la première demi-finale du 4x100m féminin, les Bleues ont manqué leur deuxième transmission, obligeant Estelle Raffai à s'arrêter avant de lancer son relais. Un coup de frein qui s'est avéré fatal pour les espoirs de finale des Tricolores, qui ont été disqualifiées pour un passage de témoin hors-zone après avoir pris la septième place. « Je pense que c'est quelque chose qu'on avait travaillé sur les dernières séances, a assuré Carolle Zahi au micro de France Télévisions. Je savais qu'on avait toutes pris des risques, ce n'était pas forcément passé mais on s'en est servi pour répéter la même chose ici. On est en championnat et tout peut se passer. » Une première demi-finale qui a vu les Etats-Unis s'imposer (42''46) devant Trinidad-et-Tobago et la Suisse, emmenée par Mujinga Kambundji. La Jamaïque, avec Shelly-Ann Fraser-Pryce, a dominé la deuxième demi-finale devant une Grande-Bretagne qui a réservé Dina Asher-Smith pour la finale alors que la Chine a pris le dernier billet. Le Brésil et l'Allemagne, qualifiées au temps, complètent la liste de départ de cette finale.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.